One Day in Miami

One Day in Miami retrace l'histoire d'une famille Floridienne aux méandres incompréhensibles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme un besoin de te connaître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 2:07


    J'avais appris que j'avais une soeur, Manon Cleary, que je connaissais par le dossier que je traitais pour elle. Elle venait de perdre son mari, avait son beau fils à charge et moi j'apprenais que nous avions le même père. Notre échange au cabinet avait été pour le moins étrange, du moins nous n'avions pas eu le temps de profiter de ces moments comme nous l'aurions du. Nous allions devoir réadapter notre passé, et notre vie en fonction du fait que nous n'étions pas les ainés, du moins elle l'était, moi pas. J'avais toujours rêvé d'avoir une grande soeur pour me guider, même si les deux ans qui nous séparaient ne se voyaient pas, je ne tenais pas à fausser notre début de relation par le fait que je ne m'entende pas du tout avec mon père. Elle voulait apprendre à le connaitre et c'était tout à son honneur, seulement elle ne savait pas à quoi elle se frottait. J'avais des millions de choses à partager à ses côtés, et j'en avais parlé à James une bonne partie de la nuit quand j'étais rentrée, il avait été d'une patience d'ange encore une fois. Il m'avait écoutée, jusqu'à ce que je tombe de sommeil, il avait prit soin de mettre mon réveil, que j'avais oublié, il savait que ce n'était pas le moment d'être en retard au boulot, étant donné que je traitais déjà un dossier que je n'avais pas le droit de suivre. Le conflit d'intéret vous comprenez?

    Nous avions donc convenu d'un RDV toutes les deux, d'un déjeuner plus précisément. Apprendre à se connaitre me semblait primordial, elle n'était pas contre le fait d'avoir une soeur et que je fasse partie de ma vie. Je l'accueillais à bras ouvert, une grande soeur ! J'étais une gamine au fond, comme me dirait mon mari quand je lui reprochais son immaturité ou que je faisais la gueule parce qu'il m'avait vexée. Chose facile ces derniers temps.
    Cain Street, à 10 minute du palais de justice, une petite terrasse ou on devait se retrouver, elle connaissait ce resto. On s'en était tenu à ça. Mais je trouva le moyen d'être encore en retard. Tailleur noir, lunettes de soleil sur la tête, sac au bras, je traversa la rue à la va vite après avoir garée ma porche Cayenne sur le trottoir d'en face. Je la voyais déjà assise en terrasse, je retrouva la table en slalomant entre les autres.

    Désolée je suis super en retard. Ca fait longtemps que t'es là?

    J'étais ultra speed au boulot, j'avais 20 minutes de retard et je m'étais tapée tous les bouchons sur le port.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 3:24

Aujourd'hui était un grand jour pour moi, j'allais rencontrer ma soeur, enfin la revoir, mais plus officiellement. Nous avions eu pas mal de temps pour repenser à tout ça chacune de notre côté. Pour ma part, je n'avais aucun problème a accepté ma nouvele petite soeur dans ma vie, en même deux ans d'écart ce n'était pas vraiment énorme quand on y regardait de plus près, surtout à notre âge! J'avais parler de tous ça à Théo qui n'était pas très receptif se derniers temps, il m'en voulait encore de l'avoir envoyé au collège comme ça sans lui demander son avis et son dialogue s'en trouvait très limité. Il m'avait écouté d'une oreille distraite, mais je savais qu'il était content pour moi; J'avais toujours comptait que sur moi, j'étais très indépendante depuis toute petite et quand j'avais des coups durs, j'avais tendance à me renfermer et vouloir me débrouiller par moi même, comme en ce moment. Je ne parlais pas de ce que je ressentais vis à vis de la disparition de Julien, je n'en avais pas envie. je n'avais pas encore lié de contact avec des personnes, je m'entendais bien avec mes nouvelles collègues de boulot, mais je ne les connaissais pas encore assez pour dire qu'elles allaient devenir mes amies. C'était un peu pareil avec ma soeur. j'avais très envie de la connaître mais est-ce que je pourrais assumer si jamais on ne s'entendait pas. Après tout, on ne se connaissait pas, elle m'avait fait une très bonne impression les deux fois ou je l'avais vu. La première je ne savais pas encore qu'elle était ma soeur, la deuxième c'était quand on avait appris que nous avions un père en commun, assez bizarre comme situation!
Nous avions décidé de nous revoir. Je m'étais donc rendu au lieu de rendez-vous, un petit café/restau en centre ville bien sympa. J'avais revêtu une jupe légère avec un débardeur tout simple mais élégant. J'étais plutôt nature comme fille, je ne m'emcombrait pas de maquillage, ou très peu sur mes yeux, ça suffisait! J'étais arrivée il y a une dizaine de minutes quand je vis ma soeur arrivée, très speed contrairement à moi.

T'inquiète pas, y'a pas longtemps que je suis arrivée. C'est moi qui pensait être en retard.

On s'était mise d'accord pour se tutoyer et très naturelle que j'étais, je me leva pour lui faire la bise. Après tout c'était ma soeur, alors même si j'avais un peu peur de ce qui allait se passer, je me sentais en confiance. Ça allait bien se passer ça ne pouvait pas en être autrement!

Tu vas bien ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 14:16


    J'ai toujours été très ponctuelle, sauf depuis que je bosse. A l'école je détestais être en retard, en même temps c'était rare étant donné que j'allais à la garderie à 7 h 30 du matin quand mon père ou ma mère m'y déposait, puis après j'y étais allée seule, à pied ou en vélo. Mais là encore j'étais très ponctuelle. Pour la fac j'étais sur place, je bougeais difficilement James mais nous arrivions toujours plus ou moins à l'heure. Il était plus vite sorti que rentré surtout !
    Mais depuis que je bossais j'avais pris un mauvais pli. Toujours à l'heure au boulot mais alors pour en sortir je ne me pressais pas ! Les heures supp se succédaient et en général je fiissais bien 20 minutes voir une demi heure après l'heure prévue. Non seulement j'aimais mon job mais en plus je débutais. Seulement ce n'est pas super conseillé pour la vie de famille.
    Pourtant cette fois ci j'avais fait un effort, je n'avais simplement pas prévu de passer par le lycée pour retrouver le resto et ma grande soeur. Terme qui me faisait encore bizarre, mais pas désagréable pour autant.

    Ce sera un terrain sur lequel tu auras peu de chances de gagner avec moi.

    En parlant du retard. Si elle réussissait à être plus en retard que moi encore je disais bravo, je m'inclinerais. Franchement et honnêtement c'est difficile de faire pire.
    Je lui fis la bise tout aussi naturellement, et posa mon sac sur la chaise voisine avant de prendre place en croisant les jambes. Je m'occupa de sortir mon portable, élément de survie, mes cigarettes, second élément de survie à mes nerfs, et puis ma veste que je posa par dessus mon sac. Non je n'étais pas maniaque, j'étais organisée !

    Ca va, un peu surbookée ce matin mais j'ai pris ma fin de journée.

    Au moins nous aurions l'occasion de pouvoir discuter, sans que je sois entrecoupée par la reprise de 14 h et les bouchons. C'était rare que je prenne du temps pour moi, mais de toute façon j'avais RDV chez le gynéco à 18 h ce soir, avec James. Il devait me rejoindre là bas en sortant du boulot. J'espérais qu'il soit à l'heure lui au moins !
    Je m'alluma une cigarette en relevant mes cheveux, la mis en retrait après avoir tiré une latte, afin de ne pas lui imposer la fumée.

    Tu as trouvé facilement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 15:22

J'essayais d'être à l'heure au maximum, mais j'étais tellement tête en l'air que j'arrivais à laisser passer l'heure sans m'en rendre compte! C'était un fléau, j'avais beaucoup de mal à être à l'heure quand j'étais au collège, entre les fois ou j'oublais d'enclencher mon réveil, les fois je me trompais d'heure et les fois ou je prenais le temps pour me préparer sans me rendre compte que le temps passait vite je vous dis l'hécatombe! Aujourd'hui, j'avais tout fait pour être à l'heure, je ne bossais pas. L'hôpital m'avait pris à mi-temps pour le moment, ils n'avaient pas de poste à plein temps du coup j'allais chercher autre chose dès que nous serons vraiment installé, parce que la dessus non plus je n'étais pas pressé, ça faisait un petit mois que nous étions arrivée et nous vivions encore au milieu des cartons. J'avais reçut mes dernières affaires de France il y a quelques jours mais je n'avais pas encore mis le nez dedans! Théo avait choisi sa chambre et avait commencé à l'améagé avec des meubles que nous avions acheté il y a quelques jours aussi, entre les papiers, la recherche de job, la découverte de la ville, on ne s'était trop penché sur la déco! Pour moi c'était secondaire, je verrais ça quand j'aurais le temps.
J'étais en terrasse quand je vis ma soeur arrivée et déposer toutes ses affaires sur la table après m'avoir dit bonjour. Elle semblait très organisé, en même temps pas étonnant avec son boulot, j'étais tout l'inverse, aucune organisation, je faisais tout à l'instinct comme ça venait.

Pourtant je te jure que la concurence est rude!

On avait au moin un point commun! Je lui souris alors qu'elle s'installait en face de moi. J'avais hâte d'apprendre à la connaître, se découvrir une petite soeur à vingt six ans était assez rare, du moins je n'y avais jamais vraiment penser pourtant j'aurais du me douter qu'il avait une vie et sans doute des enfants, mais je ne m'étais jamais vraiment attardé la dessus avant de me retrouver devant le fait accompli.

Génial on a tout notre temps ... j'espère que ça t'a pas bloqué quand même j'imagine que t'as un boulot monstre.

Je ne savais pas vraiment ce qu'elle plaidait comme affaire, mais le boulot d'avocat n'était pas de tout repos d'après ce que j'avais compris, tant émotionnellement que physiquement parce qu'elle ne devait pas avoir des horaires de fonctionnaire. Je disais ça, mais je pense que si j'arrivais à avoir le boulot d'infirmière a plein temps j'allais enchaîner les heures sans compter. C'était surtout vis à vis de Théo que j'avais peur, je ne voulais pas jouer les fantômes, il n'avait plus son père et même si il ne me le disait pas je savais qu'il avait besoin de moi. Je ne voulais qu'il se sente plus seul qu'il ne l'était maintenant et surtout j'avais peur qu'il ne se laisse entraîner dans je ne sais pas quel plan foireux si je ne veillais pas au grain, il était super influençable d'autant qu'il n'était pas bien en ce moment. Je ne voulais pas penser à ça maintenant, j'avais envi de profiter de cette journée avec ma soeur. Quand je la vis sortir une cigarette je fis de même ... encore un point commun! Ça commençait bien !

Je me suis un peu paumé ... j'ai pas été équipé d'un gps à ma naissance. Mais je suis là c'est un bon début!

Oui parce que moi et le sens de l'orientation ça faisais des milliard de trions! Je ne sais pas toujours pas comment j'avais fait pour ne pas me paumer en Afrique! Les endroits ou nous étions étaient désert, rien à moins d'une heure et demi de voitures et sans panneaux routiers biensure! Je pense qu'après ça on peut se débrouiller dans n'importe quelle ville!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 16:19


    Ah ouai la concurrence est rude? Je n'avais rien contre, bien au contraire ! Ca allait être folklo les réunions de famille, moi je vous le dis ! Entre un qui est du genre attardé et qui passe sa soirée sur la console et les deux autres qui sont nées en retard, ça allait donner !
    Je me mis à rire légèrement en écartant ma cigarette, mais voyant qu'elle en allumait une elle aussi, j'attrapa le cendriller sur la table à côté pour le mettre entre nous deux.
    Elle me demanda si ça ne risquait pas de me bloquer, le fait de prendre ma jouréne était rare, mon après midi aussi, mais de toute façon je n'aurais pas été en état de travailler après avoir passé un peu de temps avec ma soeur, j'avais besoin de plus de 2 heures pour la connaitre, 24 ans à rattraper, vous imaginez?

    Non non, de toute façon j'ai RDV chez le gynéco à 18 h avec James pour la première écho, j'aurais du finir plus tôt quoi qu'il en soit.

    En gros je perdais quoi... 2 ou 3 heures? Je les rattraperais ce soir, je serais incapable de dormir de toute façon, James aurait du mal à me calmer, mais il ne comptait pas non plus sur le fait que je reste impassible à ce RDV ça comptait trop pour moi, et il le savait !
    J'étais détendue, maintenant que j'étais là, enfin plus détendue que la plupart du temps, ce qui ne voulait pas dire que je sois cool non plus !

    Si tu vis à Miami va falloir t'y mettre. Remarque une fois que t'as repérer les embranchements tu t'en sort. Si t'as besoin d'un GPS pour rentrer j'ai le mien dans la voiture.

    Je ne m'en servais que très peu, je connaissais tout ici, j'étais née là, forcément j'avais eu le temps d'apprendre à me repérer, et James ne voyageais qu'en train ou en avion pour ses reportages, alors si ça pouvait la dépanner le temps de trouver ses marques...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 20:04

Donc le retard était génétique! C'était bon à savoir, je me sentais moins seule d'un seul coup! Ça ne semblait la déranger d'avoir pris sa journée pour qu'on la passe ensemble, je ne voulais surtout pas m'imposer dans sa vie. Elle avait son boulot, son mari et bientôt son bébé. Elle avait l'air d'avoir une vie super épanouie et j'en étais vraiment heureuse. J'espérais trouver un équilibre comme ça moi aussi un jour. Ce n'était pas pour tout de suite, je n'étais pas prête à me remettre en couple, ça ne m'avait même pas traverser l'esprit, je passais mon temps à penser à Julien. Peut être que quand le temps aura fait son boulot je pourrais penser à rencontrer quelqu'un et encore je n'en étais pas sur. J'avais Théo qui me rappelait sans arrêt mon mari alors c'était dur mais heureusement que je l'avais.

C'est ton premier enfant?

Ben oui sait-on jamais j'étais peut être déjà tatie! En fait je ne savais pas grand chose sur sa vie, il y avait vingt quatre ans à passer en revu ce n'étais quand même pas rien surtout que d'après ce que j'avais compris la dernière fois nous avions eu des vies totalement différente l'une de l'autre. J'avais hâte de connaître la sienne. Je voulais la découvrir après vingt quatre ans il serait quand même temps ! J'avais toujours fait tout en retard .. même retrouver ma soeur! Je souriais, ce qui se faisait de moins en moins souvent. Elle fumait aussi ... en étant enceinte la plus part des gens arrêtaient parce qu'ils avaient des apriori à la con comme quoi le bébé pouvait naître dépendant à la nicotine. Alors ok, ça arrive mai un cas sur je ne sais pas combien, les statistique c'est pas mon truc, alors les préjugés moi je m'assois dessus! POurquoi un bébé pourrait pas naître addict au chocolat si sa mère en mangeait beaucoup ?! Je me posais des questions complètement inutiles comme ça à longueur de temps. Mon côté marginal disait ma mère ... mon côté complètement taré surtout!

Oh c'est gentil, ma ça ira ... ça me fait visiter. je finirais bien par me repérer.

L'espoir fait vivre comme on dit, mais de toute façon une fois que j'aurais fait le tour de la ville pour arriver là ou je voulais être je pense que je repèrerais la route la plus courte ^^ Du moins j'espère sinon j'allais avoir des frais d'esence assez impressionnant et des retards pire que ceux que j'ai d'habitude! Je suis une optimiste née c'est bien connnue! juliette pris le cendrier qu'elle cala entre nous deux juste à temps avant que ma cendre ne tombe! Qu'elle synchronisation !

Ton mari bosse aujourd'hui?

Je ne savais pas si ils viendraient tous les deux. Pour une première fois, j'étais plus à l'aise qu'elle soit venu toute seule, je serais sans doute plus libre de lui parler. Je n'étais pas une grande bavarde à la base, mais je me soigne!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 21:21


    C'est le premier ouai. Et heureusement, j'imagine la tête de ma mère si James avait été père plus tôt.

    Je me mis à rire légèrement pour moi même en soufflant la fumée. Je pense qu'un peu plus tôt, elle aurait étranglé James ! Je ne pense pas que le coup du "je suis enceinte, j'ai 16 ans et je fais ce que je veux" serait passé. PAs du tout même. Je n'osais pas franchir les limites avec ma mère, en mêem temps je n'avais qu'elle comme repère. Et toujours peur qu'elle me lache.

    Tu en as à toi?

    Autre que Théo, après tout ça aurait pu être possible, elle était mariée, deux ans de plus que moi, et je trouvais que je me trainais déjà assez de ce côté là. Je l'ai dis, j'ai une vie de trentenaire épanouie.
    Syncro quant à la cendre de cigarette. Je nota ça aussi sans le faire remarquer, ça se mettait doucement en place. J'étais plus que ravie d'avoir une grande soeur, être la petite ne me dérangeait pas, au contraire, j'avais l'impression de trouver ma place.

    Au pire tu m'appelles, en fonction de ce que tu trouves autour j'arriverais peut être à te dire ou tu es...

    Hésitante, je n'étais pas sure de moi, je me mis à rire en la voyant sourire. On fonctionnait déjà à deux. J'étais super heureuse de pouvoir partager ce moment avec elle.

    Ouai James bosse. Il est revenu hier d'un déplacement de trois jours pour un reportage sur la coupe d'Europe de foot. Enfin un truc de mec quoi. J'ai pas tout saisi.

    Je tira une nouvelle late et mon portable se mit à sonner.

    Excuse moi. "Oui chéri? Oui oui je suis avec Manon, non James j'ai pas eu d'accident. Je... Je ne fume pas. Pas du tout. Par réflexe je l'éteignis dans le cendrier. Le bébé va bien, enfin tu sais j'en sais pas beaucoup plus que toi mais on verra ça ce soir. Oui 18 h. James tu notes de temps en temps ce que je te dis ou pas? C'est ça on se voit ce soir. Ah parce que c'est toi qui me demande d'être à l'heure là ? J'hallucine ! A ce soir chéri, moi aussi. Soit pas en retard. James, 18 h au 15 Jerry Street. Bisous."

    Je raccrocha en m'excusant une nouvelle fois et rangea le portable sur le côté de la table, il allait surement sonner tout à l'heure quand ma mère m'appellerait, comme souvent entre midi et deux, seulement là depuis que j'étais enceinte c'était devenu un genre de religion...

    On commande?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 22:08

Ah oui les parents ...

Je vous dis pas la tête de ma mère quand je lui avais dit, à seize ans, que je m'engageais à médecin sans frontière et que j'allais parcourir le monde qu'elle le veuille ou pas. J'étais très indépendante depuis toute petite même si j'avais quand même besoin d'être entouré de ma famille. Je voulais prendre mes décisions toute seule, faire les choses par moi même, très volontaire quand j'avais quelques chose qui me tenait à coeur je fonçais et c'est ce que j'avais fait en partant. Ma mère était contre mon beau-père pas très chaud non plus mais ils n'avaient pas eu le choix. Je savais que c'était la peur qu'il m'arrive quelque chose dans des pays reculés ou en guerre, mais je leur donnait des nouvelles. J'avais eu ce besoin d'évasion et je l'avais toujours mais en moindre, a l'époque j'étais jeune et sans attache maintenant j'avais Théo et des responsabilités, ce n'était plus la même chanson. Je n'avais pas eu de problème question parentalité et je pense que la seule fois ou ça avait vraiment clasher c'était quand j'avais annoncé à ma famille que je partais, ça avait été folklo, ma mère m'avait vraiment pourri la vie pendant une quinzaine de jour avant de comprendre que ce n'était pas un caprice, je ne pouvais pas lui en vouloir. Si Théo m'anonçais qu'il voulait se barrer faire le tour du monde avec des gens qu'ils ne connaissaient pas et même dans une mission humaniaire, pas sur que je le prenne avec le sourir!

Non ... mais j'aurais aimé.

Oui enfin je ne vais pas m'attarder sur le sujet parce que sinon je vais fondre en larme tout de suite et ça ne ferait pas bonne impression! Je savais que j'étais jeune, que j'avais le temps d'avoir des enfants, mais je les voulait avec Julien et ça, ce n'était plus envisageable, j'avais du mal à l'accepter.

Et ben j'espère que tu as de la patience!

Je lui souris. Elle s'apercevrait vite que j'étais une vrai calamité! Maladroite, toujours ailleurs, je faisais souvent répéter les gens parce que je pensais à pusieurs en même temps, par contre je ne savais pas faire deux choses en même temps comme soit disant les filles savent le faire. Je suis un cas clinique à moi toute seule, j'en suis consciente! Juliette avait l'air d'être assez calme aussi, un peu comme moi même si son boulot l'obligeait à beaucoup bouger, mais c'est encore une chose que j'apprendrais à connaître d'elle en lui parlant.

Ah le foot! Avec un beau père Italien j'a eu droit à toutes le soirée match/pizza/bière possible! C'est la qu'on voit que les hommes sont très évolués!

Avec un sourire en coin! Les foot à la maison quand j'étais ado était mémorable! Mon beau père et sa bande de pote autour de la table du salon prenant un repas composé de pizza, chips, guacamol, bière et whisky pour les plus cascou. Ça mon beau père n'avait pas interêt à y toucher sinon il avait ma mère sur le dos pendant un bon moment. Il fut une époque ou je connaissais toutes les équipes, les joueurs, les règles même, pas étonnant avec un beau père qui vous parle de ça toute la journée et qui pousse même le vice à re regarder des anviens match! Il avait même réussi à initier ma petite soeur alors qu'elle n'avait que huit ans, c'est ma mère qui avait été contente!
Juliette reçut un coup de fil de son mari qui me fit bien rire! Il avait de prendre beacoup soin d'elle, ce qui m'amusa, j'avais l'impression de me revoir avec Julien "Et fais attention ... et ne prend pas de risque ... et appel moi ... " ce à quoi je répondais "oui oui papa" et là il comprenait que je n'avais plus dix ans! Au fond j'adorais sa façon de s'occuper de moi ... pas accro du tout à mon mari!

En fait tu vas avoir deux gosses c'est ça?

Sa façon de lui rappeler de ne pas être en retard, de lui parler calmement comme à un enfant c'était trop marrant. Je la trouvais très mature pour son âge, je connaissais des filles de mon age qui avait beaucoup moins la tête sur les épaule qu'elle! Quand elle me proposa de commanda je me retourna pour appeler un serveur dans un grand geste théâtral, mais je n'avais pas vu que le jeune homme était derrière moi avec un plateau et que je venais de lui donner un coup sans faire attention . Je le regarda toute confuse....

Désolé ... Vraiment désolé....

Et non ce n'est même pas une tchnique de drague à la con !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Jeu 8 Avr - 23:50


    Oh, excuse moi...

    Et voila, première gaffe ! C'est bien Juliette, tu marques des points, ça fait combien de temps que t'es là? Ah oui, 5 minutes. Bon ben on prend les mêmes et on recommence. Je tira sur ma cigarette, gênée, je n'aurais surement pas du y aller aussi franco, en fait je ne m'étais même pas posé la question de savoir si ça la mettrait mal à l'aise ou non, des fois j'avais des façons de faire très masculine, ou plutôt très flic, comme ma mère ! Elle serait fière de moi là pour le coup.

    J'en ai. Beaucoup. Pas le choix j'ai un mari, une mère et pas mal de frères et soeurs. Surtout un patron.

    Ah ça pour le coup le patron... Maitre Ryan par ci, maitre Ryan par là. J'étais heureuse qu'il me confie plus de responsabilités mais disons que pour James ça devenait plus gênant, j'avais un mari à la maison dont j'aimerais bien profiter un peu. Ce qui n'était pas toujours évident, toujours est il que je n'avais pas le choix et surtout signé pour.
    Ah ah les soirées foot ! Bah pour le coup je n'avais pas eu droit à ce genre d'enfance mais ça aurait au moins prouvé que j'avais un père normal.

    C'est maintenant que j'en profite, James et mon frère s'en donnent à coeur joie. Mon beau père aussi la plupart du temps.

    Ca arrivait que pour les soirs de match, James invite Aaron et Logan avec un pack de bière, alors je retrouvais les filles dans un bar pour aller boire un verre. Un bar gay de préférence comme ça le match n'est pas diffusé sur grand écran, et ça nous permet de rire un peu. Surtout Cam et sa discrétion légendaire qui s'amusait à repérer tous les hétéros du bar ! Ou bien nous dire qui est en couple avcc qui, et je vous jure qu'elle est super perspicasse.

    C'est l'idée ouai. Enfin j'espère pouvoir compter un peu sur lui quand même mais je pense que c'est mal barré pour l'autorité. James a du mal à boucler sa crise d'ado.

    Je me mis à rire encore une fois, il était vrai que mon mari n'était pas beaucoup plus évolué que mon frère à certains moments, mais j'avais besoin de ce côté là. Je me prenais trop la tête, je prenais trop de responsabilités, je voulais me sentir utile. A ma façon. James butait une dizaine de mutants sur sa console et il pensait avoir sauvé une grande partie du monde ^^

    Hey pas mal, je garde la technique.

    Je souris, pas mal comme approche. Il fallait avouer que c'était le genre de truc qui passe ou qui casse ! Là pour le coup elle semblait lui avoir tapé dans l'oeil, et dans les deux sens du terme. Si elle pouvait éviter de me faire jouer la responsabilité civil ce midi ça m'irait bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 2:00

Y'a pas de mal ....

Je n'étais pas du genre rancunière ou à m'énerver pour un rien surtout qu'elle n'était pas censé savoir, je pourrais très bien avoir un enfant. On en parlait beaucoup avec Julien, il avait d'un enfant moi aussi, j'étais un peu réservé pour l'avoir tout de suite, à cause de mon boulot que j'aimais énormément. Avec un enfant j'étais un peu obligé de me poser et je voulais profiter un max de voyager tant que j'étais jeune. Maintenant je culpabilisais, je me disais que si j'avais accepté quand mon mari me l'avait demandé j'aurais un enfant de lui, ça aurait été le plus beau des cadeaux. De toute façon, je culpabilisais pour tout depuis sa mort, pour ce qu'on avait pas pu vivre parce que j'avais été trop égoïste, pour ne pas avoir été la quand il avait reçut la balle mortel, pour ne pas avoir réussi à le sauver, pour ne pas être à la hauteur avec Théo, enfin la liste est longue ... J'essyais de faire se que je pouvais pour me convaincre que c'était la vie, que ça serait arrivée que je sois la ou pas, mais j'avais du mal.

Tu as une famille nombreuse?

Je ne voulais pas être trop indiscrète ni trop distante, je ne savais pas trop comment doser mes questions. J'avais compris l'autre jour ce qu'elle pensait de notre père et je ne savais pas si c'était une bonne chose d'aborder le sujet. Je ne voulais pas lui rappeler de mauvais souvenir.

Perso j'espère que Théo va m'épargner ça!

Je n'étais pas fan du foot, j'en avais bouffé étant gamine alors les soirée foot stop! Mon mari n'aimait pas trop le foot, même si il se laissait souvent entraîner par mon beau père et la je rigoais bien chacun son tour!

Sa viendra tout seul quand il verra son fils... ou sa fille. Vous avez une préférence?

Julien et moi avion Théo et après nous aurions aimé avoir une fille. Une petite poucette comme il disait. Je sortis de mes pensée quand je manqua d'assassiner sans le vouloir le pauvre serveur qui fila sans manquer de me regader en souriant. Je détourna aussitôt le regard, pas de plan drague je ne pourrais pas gérer la, pas en ce moment.

A non non ... mais ... c'était pas un plan drague ... je... j'ai pas fait exprès..

Eh ben ce fut dur. Je détestais être prise en faute d'autant que ses derniers temps je prenais tout à la lettre!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 2:27


    Ola je m'en voulais d'être aussi gaffeuse, mais elle ne semblait pas m'en vouloir, essayons de dissiper le malaise, je n'aurais pas été trop pour le fait de la mettre mal à l'aise tout de suite, surtout que je ne la connaissais pas énormément, juste son dossier. Et je n'étais pas profiler comme Emily, alors je me basais sur ce que je savais du genre humain. Elle avait l'air très sociable, très gentille, surtout un peu comme moi dans la façon d'être, et ce n'était pas peu !

    Nombreuse oui. Enfin plutôt ma belle famille mais ça ne change rien. Les parents de ma mère ont coupé court à tous contact quand elle est tombée enceinte de moi, elle avait 16 ans, une vielle famille de catho... Mon père, enfin... Notre père. Je pense que t'as saisi le topo quant à ce que j'en pensais mais la famille d'Aaron est la mienne depuis que ma mère est avec. Je devais avoir... 13 ans environ.
    Mais pour répondre à ta question mon beau père avait déjà trois enfants, Alice, Cameron et Logan les jumeaux, et ensemble avec ma mère ils ont eu deux filles, Clara et Chelsea. On les prends en week-end de temps en temps avec James.

    Beaucoup de monde en effet ! Sans compter les tats et tontons mais ça faisait franchement du monde ! J'adorais me sentir entourée même si je tenais à mon indépendance avec mon mari. Nous avions une vie de couple, mais le gros besoin de nous retrouver avec le reste.
    Je parlais là, je me lachais, je n'avais plus peur de lui confier des bouts de moi, puisque je voulais des petits bouts d'elle aussi.
    Je ne parirais pas sur le fait que Théo lui épargne ça mais bon...

    Au pire tu me l'envois, tu sais entre James et Logan il sera pas dépaysé. Pour peu qu'Aaron et Tom soient de la partie... On fait des soirées filles dans ces cas là.

    Et je vous garanti que la saison de foot était longue ! Merde nous étions auxx States et ils trouvaient le moyen de suivre le foot européen. Je préférais ça remarque, en tant que française de souche, je souhaitais garder un peu de mes origines. J'aimais la vie française, un peu traditionaliste.

    Non pas vraiment de préférence. Disons que pour James ce serait l'idéal d'avoir une fille, mais si je veux avoir une chance qu'elle règle son complexe d'Oedipe un jour c'est mort. Je me sentirais plus à l'aise avec un garçon. Je veux un enfant depuis un moment, James n'était pas trop pour pour l'instant mais finalement il est super impatient.

    Je me mis à rire quand elle se mit à bagagyer après avoir essuyer mes réflexions, j'aurais du la prévenir un peu plus tôt, je ne suis pas une perle, je devrais la mettre au courant quand mêeme...

    Je plaisante, mais je te préviens j'ai un humour très foireux. En même temps si c'est génétique y a plus grand espoir.

    Entre ma mère et mon père ! Et Aaron...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 3:28

Ah oui effectivement une famille nombreuse. La façon dont elle essuya dans les grandes lignes le sujet de notre père me confirma qu'elle ne le portait pas dans son coeur. Elle s'arrêta sur sa mère qui n'avait pas l'air d'avoir été gâté question parentale, puis sur ses soeurs et son frère! Cinq c'était quand même pas mal, encore quelque chose que je ne connaissais pas. J'avais vécu en fille unique jusqu'a mes 13 ans, comme Juliette en fait, encore un point commun, j'allais vraiment finir par les compter ... quoi que non au bout d'un moment je m'enmèlerais les pinceaux bien comme il faut! Enfin tout ça pour dire que j'étais restée fille unique longtemps et que l'annonce d'avoir une petite soeur ne m'avait pas réjouie, d'autant plus qu'elle serait la vraie fille de mon beau père et ça j'avais eu un peu de mal à le vivre. La peur qu'il ne n'aime plus, qu'il préfère celle que je considérais comme SA fille alors que moi je n'étais que la fille de la femme qu'il aimait. j'avais été insupportable pendant quelques mois après la naissance de ma petite soeur, mais Santo avait su me rassurer et m'avait proposer de m'adopter pour que je puisse porter son nom. Un jour super important pour moi, surement le plus important avec mon mariage.

C'est super, ça doit être animé chez toi !

Je n'avais pas une grande famille, une petite soeur, ma mère était fille unique par contre mon beau père avait trois soeur plus agée, mais on ne les voyait que très rarement. Ma famille proche me suffisait et puis je m'étais une nouvelle famille quand j'étais partie. En vivant des choses aussi fortes que ce que j'avais vécu, ça rapproche les gens et j'avais des amies que je garderais à vie, mais la plus part vivait en France. J'aurais aimé les avoir près de moi pour leur parler de tout ça, de ma soeur que je venais de retrouver. J'avais besoin d'en parler mais avec Thé ce n'était pas facile en ce moment alors je lui disais les grandes lignes et je gardais le reste pour moi.

C'est gentil merci. Voir des mecs ne peut pas lui faire de mal.

Oui je faisais de mon mieu, mais j'étais une fille et en plus pas sa mère, il savait très bien me le dire d'ailleurs! Et puis qu'est ce que je pouvais dire de plus, il avait raison je n'étais pas sa mère, c'était le genre de chose qui me faisais douter encore plus et il le savait. Avoir un univers masculin ne pourrait que lui être bénéfique, mais encore fallait-il qu'il accepte, quoi que ses derniers temps il accepterait n'importe quoi du moment qu'il pouvait m'éviter ou que ça pouvait m'énerver. Le début de la crise d'ado sans doute.
Pour les soirées filles, je n'avais pas vraiment l'habitude de ça, mais je m'y ferait enfin si elles m'acceptaient. Après tout je n'étais pas sur que ses soeur acceptent qu'une nouvelle soeur entre dans la vie de leur soeur. Je n'étais pas sur de moi surtout en société!

Un petit neuveu ....

Songeuse .... Juliette était ma seule chance d'être tante assez vite parce que si j'attendais que Paolina me fasse un bébé j'avais le temps et heureusement elle n'avait que treize ans! Si elle se pointait devant son père en lui disant qu'elle était enceinte, je crois qu'il tue le père du bébé de ses propres mains! Un Italien pas pour rien! Il en avait fait fuir plus d'un de mes petits amis!
Biensure qu'elle plaisantait et moi je prenais tout au premier degré .. ça promettait sérieu!

Je suis pas beaucoup mieu lotti entre le cynisme de ma mère et les blagues salaces de mon beau père ... faut juste pas que t'es peur, je suis un peu dérangé mais pas méchante!

Autant poser les bases dessuite, c'était beaucoup mieu ! Le serveur arriva ... enfin pas celui que j'avais failli tuer mais un autre un peu plus vieu il nous demanda ce qu'on voulait prendre. Posant ma cigarette sur le bord du cendrier, je resta soft.

Un jus de papaye s'il vous plaît.

Je regarda ma soeur pour savoir ce qu'elle voulais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 3:54


    Toujours. Cameron surtout. Mais tu sais avec James on a notre indépendance maintenant. On habite un plutôt bel appartement aux environs du port.

    Heureusement que nous ne vivions pas tous sous le même toit. De toute façon nous nous serions à peine vus. Déjà nous avions tous un rythme différent, puis nous aurions commencés à être beaucoup. James et moi avions besoin de nous retrouver. Les années facs nous avaient confortés dans l'idée de devoir avoir notre indépendance, vivre tous les deux, en couple, c'était notre truc de nous organiser en fonction des horaires de l'autre, au final nous avions l'occasion de profiter de tout le temps libre dont nous disposions. En y casant les visites dominicales chez ma mère et ses entrainements de foot avec ses copains le samedi.

    Et puis tu sais c'est vraiment pas le genre méchant, James retombe en enfance quand il est au contact d'un gamin. Il s'adapte. Console de jeux, foot, télé...

    Mon mari savait s'occuper d'un gamin, enfin du moins jouer avec pour l'occuper et ne pas le lacher des yeux. Mais comment lui faire comprendre qu'un enfant ne doit pas jouer aux légos jusqu'à ses 9 mois au moins? Et qu'il n'est capable de suivre les résultats de la ligue des champions qu'à partir de 10 ans s'il est calé ?
    Oh oui j'aurais préféré avoir un garçon, j'avasi peur de ne pas pouvoir gérer avec une fille. Les problèmes de l'adolescence seraient sans doute plus facile, mais je ne tenais pas à nouer une relation conflictuelle avec elle parce qu'elle me reprochait mes absences. Je doutais de pouvoir lui offrir la même relation que j'avais eu avec ma mère malheureusement.

    Bon ben au moins t'auras pas peur du reste de la fratterie, c'est bon signe. Je suis cynique mais pas méchante.

    Je me mis à rire et tapa dans sa main en même temps qu'elle, nous étions déjà syncro et sur la même longueur d'ondes. J'avais envie d'une autre cigarette, mais je sazvais ça totalement irresponsable. Alors je la gardais pour après le café, on verrait bien. J'avais envie d'un café, seulement le café appelait à la cigarette. Tout le monde le savait non ?

    Un grosse salade composée, une bouteille d'eau minérale et un fondant au chocolat s'il vous plait.

    Le serveur reparti. Oui j'avais faim... Désolée, je dois manger pour deux !

    Quoi qu'au point où j'en suis j'aurais pas du culpabiliser pour le soda...

    Oui je n'étais plus trop à ça près !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 14:27

J'imagine qu'une grande famille n'est pas de tout repos! J'aurais bien aimé connaître ça, mais j'étais partie lorsque j'avais seize et j'avais à peine pu profiter de ma petite soeur, elle arrivait à l'adolescence et je n'avais pas vraiment vu passer son enfance, c'est quelque chose que je regrettais un peu, mais j'avais du faire un choix que j'assumais totalement. Sans ça, je n'aurais jamais connu Julien!
Juliette me dit qu'elle avait son indépendance avec james, c'était sans doute le mieu à faire. Vivre en couple chez ses parents ce n'est pas le meilleur plan pour avoir un peu d'intimité surtout quand on a une famille nombreuse et puis faire appartement séparé au bout d'un moment c'était gonflant. Mon mari et moi avions des boulots qui nous obligeaient à bouger beaucoup, mais je savais qu'il avait envi qu'on se pose un peu plus souvent. On avait un appartement tous les deux quand on revenait en France, ça ne durait jamais longtemps, pas plus d'un mois ou deux sur place, mais on se débrouillait toujours pour partir dans les même endroits quand c'était possible. J'étais plus jeune que lui et je savais qu'il avait un peu envie de se poser, sans pour autant arrêter sa carrière militaire, mais rester plus de deux mois en France ne l'aurait pas dérangé, alors que moi j'avais la bougeotte. Même en France il fallait que je bouge tout le temps, c'était presque compulsif.

C'est joli comme quartier. Il y a longtemps que vous vivez ensemble avec James?

Je savais quand ils s'étaient connu jeune d'après ce qu'elle m'avait dit, mais je ne savais depuis combien de temps ils vivaient ensemble réelement. J'avais rencontré Julien a dix neuf ans, mais nous nous étions mis ensemble un an plus tard avant de nous marier quand j'avais eu vingt et un an, la même année ou on s'était installé ensemble. Tout était allé très vite entre nous même si j'étais jeune, j'étais assez mature pour mener une vie de couple avec un homme plus agé que moi. Nous avions neuf ans d'écart, mais le coup de foudre avait été immédiat.
Je cherchais à en savoir plus sur elle, sur sa vie mais j'espérais aussi ne pas la gonfler avec mes questions. Ça me semblait tout naturel d'apprendre à la connaître et j'avais l'impression que c'était la même chose pour elle. J'avais vraiment envie de lier des liens fort avec ma petite soeur et ça avait l'air plutôt bien partit.

Je pense qu'ils vont bien s'entendre. Théo est très mature, il aime être avec des personnes plus agés.

Ce n'était pas pour me rassurer ça non plus. il avait des amis de son âge, mais il avait tendance à se lier avec des gens plus âgée, alors des adultes qu'on cotoyait c'était sympa, mais quand il commençait à suivre un groupe de gamin de trois ans de plus que lui qui l'entrainait dans toutes leur connerie c'était moins drôle. Son père avait mis le haut la en France, mais je n'étais pas sur d'avoir l'autorité necessaire pour le faire. J'avais commencé à lire des tas de choses sur les adolescents et la crise d'ado, mais Théo avait une histoire particulière derrière, l'abandon de sa mère, la vie en vadrouille, la mort de son père, je ne savais pas si je pourrais gérer ça.
Cynique mais pas méchante comme ma mère quoi! Je cheka avec elle, souriante, heureuse de cette complicité qui était en train de naître entre nous, elle était aussi naturelle que moi ce qui me rassurait.

Tu crois que ça ne va pas leur poser de problème si tu leur parle de moi?

Je débarquais comme ça dans sa vie alors qu'elle avait un équilibre déjà instauré, j'imagine que ça n'allait pas être facile à gérer surtout vis à vis de sa mère. Elle allait apprendre que son ex mari avait eu un enfant, je ne sais pas comment je le prendrais moi, même si il y avait prescription, même si c'était avant qu'ils soient ensemble ça devait quand même être perturbant. J'avais des tas de question qui me passait par la tête, trop que je n'osais pas poser, ça viendrait peut être, j'avais besoin d'un peu de temps, même si je me sentais à l'aise avec elle.
Ma soeur mangeait pour deux effectivement! En même temps c'était l'heure, presque midi! Je n'avais pas très faim, comme toujours, je grignotais plus que je ne mangeais parce qu'il fallait garder des forces. J'avais perdu huit kilos depuis trois mois, j'étais très mince, un peu trop mais je m'en foutais.

T'es enceinte profite, c'est seule moment ou tu pourra manger tout ce que tu veux sans culpabiliser!

Et devenir une vrai baleine. Pour ma soeur, ma mère était énorme mais vraiment, elle mangeait tout ce qu'elle trouvait et surtout ce qui était à base de chocolat, elle était impressionante, même mon beau père mangeait moins qu'elle et pourtant il était imposant le monsieur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 15:09


    Le port était un quartier très huppé, normal, nous étions dans une ville touristique et sur un site balnéaire, mais il fallait tout de même avouer que nous n'étions pas à pleindre, bien au contraire. J'aimais mon appartement parce qu'il était pratique pour aller en ville, à deux pas, et puis très bien gardée, lumineux et spacieux. Et nous avions prit le temps de le chercher et de trouver le bon avec James. Ce dont j'avais besoin pour être sure de son engagement, je suis chiante, j'ai toujours besoin d'être rassurée et ça il le comprend, il le fait sans que je n'ai à lui faire comprendre. Il prend les devants en quelques sorte.

    Mm... On s'est rencontré à 16 ans. 18 on était à la fac, je pense que c'est à ce moment là qu'on a commencé la vie commune sur le campus. Et puis on est rentrés diplomés. On a vécu quelques mois chez mes parents, et on s'est installés.

    Je n'aurais pas pu abuser plus de toute façon. Nous étions nombreux, ma mère avait du mal à couper le cordon et encore maintenant mais j'avais besoin de retrouver James comme mon mari et non comme mon petit ami du moment. La vie de couple est importante, surtout pour nous.
    Théo était mature, un peu comme Logan qui avait sa bande de potes mais qui se plaisait tout autant dans un groupe d'adultes. Peut être qu'ils s'entendraient tout aussi bien aussi.

    Il s'entendrait bien avec mon frère, Logan. Le jumeaux de Cam.

    Bon OK ils étaient totalement différents pour des jumeaux, mais Logan savait prendre un peu de temps pour jouer à la console, avec Aaron principalement, ils avaient un jeu de foot sur lequel ils pouvaient passer des heures en cas d'annulation du match le soir prévu. En gros on se tappait quand même du foot !
    Mais on gérait le truc, c'est vrai que j'aimerais bien voir ce qu'une soirée fille pourrait donner avec Manon. Et puis au moins j'aurais une légitimité, ma vraie soeur. J'aimais beaucoup la relation d'Alice avec Cameron, c'était touchant, toujours là l'une pour l'autre. J'avais toujours voulu une grande soeur, chose faite !

    Non, je ne vois pas pourquoi. S'ils comprennent que tu comptes pour moi tu feras partie des notres. C'est une grande famille.

    Pas un cercle fermé. Du moins je ne pense pas. Bon je ne parirais pas sur l'amabilité immédiate de ma mère tout de même mais on ne sait jamais, les miracles existent. En tout cas Cameron s'entendrait très bien avec Théo d'après ce que m'en disais Manon. Je suis sure aussi qu'elle s'intègrerait tout à fait aux autres, il n'y avait pas de raison. En tout cas elle comptait pour moi, déjà.

    Sur le coup oui, mais si je pouvais éviter de me taper 3 ans de régimes pour retrouver la ligne...
    J'ai pleins d'envies bizarres en ce moment. Un coup j'me taperais un hamburger énorme, un coup je me réveille en plein milieu de la nuit pour une envie de chocolat. C'est... Bizarre.

    Le serveur nous apporta notre commande, je lui demanda de rajouter un soda finalement, Manon avait raison après tout, autant en profiter, je ne pense pas réitérer l'expérience tout de suite ! Un seul à la fois.
    Je me jeta sur ma salade.
    J'allais lui poser une question quand mon téléphone se mit à sonner, ENCORE ! Et ce n'était surement que le début.

    "Mm ! Oui maman? Je déjeune. Non je ne me contente pas d'une salade... Je ne fume pas ! Hey t'as rencardé James ou quoi ? Mais oui je te tiens au courant pour l'écho mais comprend qu'on ne puisse pas débarquer tous ensemble au cabinet. Tu vois le topo ? Bonjour, Mme Ryan, je vous préviens on est un peu nombreux on a prit tout le monde.
    Je t'appelles dès que je sors. Non j'ai pas de nausées non, j'ai faim !
    Ce que j'ai déjeuné ce matin? Un ca... Un jus d'orange pourquoi? Non bien sur pas de café. C'est ça, moi aussi maman. Bisous."

    Excuse moi. Ils sont très présent.

    Je vérifia ne pas reçevoir d'autre appel et je posa le téléphone sur le coté en me réarmant de la fourchette.

    T'es sure que tu ne veux pas gouter? Tu perds quelque chose là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 17:07

Je n'habitais pas loin du centre ville a une vingtaine de minutes à pied. La maison qu'avait choisi mon mari était super grande, beaucoup trop grande pour deux personnes et un chien ! J'avais du mal à me faire au vide et au silence, il y'avait toujours la télé ou la chaîne hifi allumé à la maison, je ne supportais pas de me retrouver seule dans cette grande maison aux chambre innoccupées. Théo avait choisi la mezzanine pour être tranquille, elle était très grande et il s'y était installé tout naturellement. J'en avais pris une assez spacieuse avec vu sur le jardin et la piscine, elle était agréable, je voulais la peindre en orange/rouille, ou peut être chococat/framboise, j'hésitais encore et je pense que ce n'est pas demain que je mettrais à la peinture!
Ma soeur m'expliqua son parcour avec James. Ils s'étaient rencontrés vachement tôt, à l'âge ou j'étais partie de chez moi. A cette époque je n'avais pas encore eu de relation qu'on pourrait qualifier de sérieuse, j'avais eu une histoire de quelques semaines avec un garçon mais ça n'avait pas duré. Je peux dire que mon premier amour avait été Julien et pour le moment j'étais dans l'optique que se serait le seul, que je ne pourrais jamais aimé quelqu'un comme je l'aimais lui, pas pour rien qu'il était devenu mon mari!

Vous y êtes allés petit à petit c'est bien. En tout cas tu as l'air épanouie.

Elle avait l'air d'avoir la vie qu'elle voulait, une vie heureuse et épanouie ce qui n'était pas donné à tout le monde malhereusement. Je la connaissais à peine mais je me sentais déjà très proche d'elle, comme si ce lien entre soeur avait toujours existé alors qu'on ne se connaissait pas. Ça me faisait plaisir de la savoir heureuse.

Dix sept ans ... C'est l'âge de ses soient disant copains. Il en a rarement des plus jeunes.

Je savais qu'il s'était fait un copain dans sa classe mais il avait aussi deux copains plus âgés qui l'avait ramené en scooter l'autre jour et ça ça avait eu du mal à passer c'est pour ça que je ne me laissais pas baucoup de temps avant qu'il ne m'en! demande un pour pouvoir bouger lui aussi. Mais jamais de la vie et il le savait, c'était beaucoup trop dangereux. D'ailleurs il avait bien comprit que si il voulait rentrer autrement qu'en bus, il avait mon téléphone! C'est sur sa fait moins cool d'avoir sa belle mère qui vient vous chercher avec sa mini cooper que d'avoir des potes lycéens qui débarquent avec leur scooter bruyant, mais ça je m'en foutais royalement, je voulais juste le voir rentrer en un seul morceau!
Je comptais pour elle! Ça ne pouvait pas me faire plus plaisir de l'entendre dire ça. On ne se connaissait pas mais je la considérais comme ma petite soeur à part entière, en même temps je ne sais pas qui pourrait consciemment ignoré qu'il avait une soeur dans la nature, moi je ne pouvais pas. J'aurais respecté sa décision si elle n'avait pas voulu me connaître, mais ça m'aurait blessé. Je ne savais pas quoi faire pour mon père, si j'allais le voir et qu'il montrait un total désinteret pour moi, je ne sais pas comment je le prendrais. Je m'étais conditionné pour ne pas être déçut si ça ne se passait pas comme je voulais mais je ne sais pas si la pratique serait aussi concluante que la théorie.

Ça me fais plaisir ...

Je n'étais pas super explicite pour avouer mes sentiments, je ne les montraient pas toujours mais on savait très bien se que je pensais et le sourire que je fis à ma soeur en disait long sur ce que je ressentais déjà pour elle. Une petite soeur près de moi à Miami si c'était pas la classe ça!

Un peu de sport, beaucoup de salade et ça devrait le faire, t'es loin d'être énorme quand même! Quand ma mère était enceinte de ma soeur, elle a une période ou elle ne voulait que des sardines avec du fromage fondu dessus! Une horreur!

Ma mère en avait fait voir de toutes les couleurs à mon beau père quand elle attendait Pao! Elle était d'une humeur massacrante et tout y passais, la télé était trop forte, les manteaux pas rangés, le garage on pouvait pas circuler, je sortais trop, mon beau père ne glandait rien.. enfin elle avait eu un mois ou on avait pensé a partir en vacance avec mon beau père! Elle avait déjà un caractère à la con alors enceinte voila pas le travail! Juliette avait l'air d'humeur constante ... pour le moment. Les sautes d'humeur viendraient au fils des mois! Son téléphon fini par sonner de nouveau .. sa mère. C'est dans des moments comme ça qu'on ne se sent pas du tout entouré! J'étais seule ici et ça me faisais tout drôle, j'avais toujours été plus ou moins solitaire mais pas ce point. Je rigola en entendant les dire de ma soeur ...

T'inquiète pas c'est normale ... ta mère à l'air d'être au petit soin!

En même temps avoir sa fille enceinte ce ne devait pas être de tout repos, je savais que ma mère flipperait à mort si ça m'arrivait!

Oh non non merci, sans façon .... Mon coca me nourri!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 17:42


    Oh tu sais c'était loin d'être gagné d'avance. James c'était le genre play boy du lycée, moi c'était plutôt grande bosseuse hyper discrète. Je faisais parti des populaires mais à ma manière, j'étais souvent invitée partout mais je refusais la plupart du temps. Je dirais que j'étais le genre à vivre par procuration.
    Et puis James était le genre de types que je ne supportais pas. Il a inisté, il a bien fait. Je crois que j'ai coupé les points avec mon père quand notre histoire a commencé à devenir sérieuse.

    J'avais enfin trouvé le courage de vivre ma vie, je dois avouer que sans lui ce ne serait même pas la peine, je serais le genre de femmes tellement peu sure d'elle que je n'oserais même pas décrocher mon téléphone. Enfin toute la panoplie de la fille brimée parce que tout ce qu'elle fait n'est jamais assez bien. Et aussi peu sure d'elle que me paraissait ma soeur, elle aurait surement été du même genre que moi. Imaginez qu'on soit élevés ensemble ! Voila l'équipe !

    17 ans c'est l'âge des jumeaux. Mais vu sa personnalité il s'entendrait carrément bien avec Cam.

    Alors il ne fallait pas le lui confier pour sortir le soir hein, d'ici là qu'elle se fasse embarquer au commissariat avec Théo... Ce n'était surement pas le moment ! En même temps il allait y gouter un jour s'il se mettait à fréquenter des potes plus âgés, je dirais que c'edt le passage obligatoire d'un ado qui se cherche, seulement s'il pouvait attendre un peu ce serait cool !
    Bien sur qu'elle comptait pour moi, sinon je ne serais pas là, je n'aurais pas tremblé de tous mes membres juste avant de la retrouver, et je n'aurais pas stressé autant. Aussi explicite que mon beau père, bon ben j'avais au moins la chance d'avoir de l'expérience, ce qui n'était pas négligeable.
    Je me contenta de prendre sa main dans la mienne et de lui sourire légèrement. Elle m'aurait comprise. Je m'étais beaucoup plus ouverte grace à James.

    Non j'en suis pas encore là, mais j'éviterais de parler de ça à James, en tout cas pas tout de suite.

    Je me mis à rire pour moi même, s'il pouvait rester là encore un peu de temps ça m'irait parfaitement !

    Donc tu as d'autres frères et soeurs.

    Si sa mère avait été enceinte, forcément oui. Je m'intéressais à sa vie, forcément, ça faisait parti du jeu en même temps. Et puis elle me le rendait bien, elle était tout sourire, à me poser pleins de questions et j'adorais ça.

    Ils le sont tous, limite un peu trop et... Excuse moi encore une fois...
    "Ouiiiiiiiii ?!" J'étais insolente. A tous les coups c'était ma mère qui rappelait. Et ben non ! "Maitre Santini?" Je me redressa sur ma chaise en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, en faisant tomber ma fourchette et laissant échapper un "aie merde" pas super catholique. Mon boss tient ! "Oui oui le dossier Gouvernet, je m'en occupe Maitre, pas de soucis. J'attendais juste le duplicata de l'accord de principe du crédit pour prouver le surendettement et... Oui c'est ça. Je... Je vous faxe tout ça dans la soirée, avec mes conclusions et une ébauche de ma plaidoirie. Bien sur maitre. Bonne journée..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 21:08

Tu as complètement couper les pont avec lui ?

Notre père. Je ne savais plus trop quoi en penser en fait vu la description que m'en avait fait ma soeur je n'avais pas trop envie de m'y frotter, surtout en ce moment, mais ça me travaillait. J'avais envi de le voir, de tenter ma chance, juste pour avoir un visage sur lequel mettre un nom. Je ne savais pas se que je pourrais lui dire, comment je pourrais me présenter face à lui, se serait du stress suppémentaire. J'étais en plein doute. J'étais fragile en se moment, j'en étais consciente, un rien pouvait me faire fondre en larme, j'étais à fleur de peau et si il me faisait une reflexion j'avais peur de ne pas encaisser et de m'enfuir en courant. Pas que je fuyais les problèmes, mais je ne voudrais pas lui faire se plaisir. J'aurais aussi voulu avoir sa version de l'histoire bien que je ne sois pas sur qu'il accepte de me la donner. Je ne savais pas si parler de lui à Juliette était une bonne idée, si elle avait fait une croix sur lui, elle n'avait sans doute pas envie de m'en parler.

Il aime ce qui bouge, même si il sait se poser. En même temps à douze ans, je ne peux pas lui demander de rester sagement devant un dvd ... je crois qu'il rigolerait bien!


J'essayais de m'imposer maintenant qu'on était tous les deux. Quand son père était là, l'autorité c'est lui qui la représentait et il se débrouilait pas trop mal, par contre moi, j'avais du boulot. En même temps, à douzes ans Théo était déjà grand, il avait un visage de petit garçon, mais il grandissait à vu d'oeil et je ne donnais pas trois ans avant qu'il ne fasse une tête de plus que moi. Avec mon mètre soixante comment voulez-vous que je rivalise!
Très timide et discrète je n'étais beaucoup blindé pour ne pas montrer se que je ressentais aux gens, ça me permettais de garder bonne figure malgrès tout ce que je voyais quand je voyaigeais, ce n'était pas toujours réjouissant. J'avais pris cette habitude défensive depuis dix ans et j'avais du mal à m'en dépétrer. Encore une fois quand ma soeur pris ma main dans la sienne j'eu envi de la serrer dans mes bras mais je n'osa pas. Je me contenta de lui sourire comprenant très bien se qu'elle voulait me faire comprendre. Pas besoin de mot pour voir qu'on s'était déjà attachée l'une à l'autre.

Je suis d'accord avec toi. Ça a de quoi faire fuir le plus courageux!

Oui oui l'odeur de la sardine au réveil le matin non merci! Chaque femme avait des envies différente. J'avais suivi une femme en Thaïlande qui était enceinte de cinq mois quand j'étais arrivée, elle son truc c'était de vouloir des criquet grilés en pleine nuit! Oui chacun son truc après tout!

J'ai une petite soeur de treize ans, Paolina.

Je ne la voyais pas assez à mon gout, on s'appelait souvent, elle savait que même si j'étais loin, elle pouvait m'appeler pour n'importe quoi n'importe quand. L'adolescence était un passage difficile et ma soeur savait qu'elle pouvait compter sur moi pour l'écouter, elle avait aussi le numéro de Théo soit dit en passant! Ils s'entendaient très bien tous les deux surtout pour faire des conneries!
Elle m'expliqua que sa famille était très présente quand, comme pour confimer ses dires son téléphone se mit de nouveau à sonner! Elle décrocha par un "oui" très sec avant de se radoucir faisant tomber sa fourchette, sa salade et tout! Je compris que c'était son boss et la regarda avec un petit sourire d'un air de dire " Aïe ... pas de bol"! Très bon soutiens la frangine!

C'était ton boss?! Il a du etre surpris!

Je ne pu m'empêcher de sourire! J'étais du genre à faire des gaffes comme celle là aussi !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 21:27


    Quand mes parents se sont séparés, j'allais un week end sur deux chez lui, et la moitié des vacances. Seulement je rentrais en pleurs à chaque fois, et je stressais trois jours avant en sachant que ça se passerait mal. En me mettant avec James j'avais trouvé la force de lui dire ce que je pensais, et a 17 ans j'ai mis le hola. Je pensais avoir définitivement coupé les ponts, ça a tenu jusqu'à il y a 3 semaines. Il est revenu, et est venu au cabinet, pour me demander de le défendre dans une affaire de harcèlement sexuel. J'ai pas eu le choix. Je ne veux pas qu'il foute le bordel dans la vie de ma mère. Je ne veux plus en entendre parler, alors si c'est un moyen de le rayer de ma vie...
    Il marche à la culpabilité, et encore une fois ça a marché.

    Voila comment marchait mon paternel, enfin le notre. Et faible comme j'étais face à lui je n'avais pas le choix, il avait les arguments en même temps. Je ne pouvais pas me permettre de prendre le risque qu'il vienne remuer la vie de ma mère ou foutre le bordel entre Aaron et elle. Ce n'était pas le moment, surtout en ce moment ! Ellie était déjà un sujet délicat, et puis elle venait de coucher avec Lucas. Même si je ne pensais pas que ce soit la solution, c'était fait, je ne la jugeait pas. Elle était ma mère, elle ne pouvait pas être irréprochable et puis franchement elle avait de quoi craquer.

    J'ai le même phénomène dans la famille. Cam c'est un peu ça, la grosse grosse crise d'adolescence si tu vois ce que je veux dire. Enfin surtout beaucoup de problèmes relationnels avec ma mère.

    Ah oui pour le coup ça ne passait pas du tout avec ma mère. Je pense qu'elles avaient toutes les deux des efforts à faire de toute façon. Ma mère en diplomatie et Cam en ouverture d'esprit. Mais je pouvais comprendre, le contexte est un peu particulier aussi. Sans sa mère Cam était intenable, mais depuis qu'elle était là c'était énorme. En même temps elle avait la possibilité d'aller là bas, parler avec Ellie, et se calmer, c'était un plus.

    13 ans? C'est sympa à cet âge là, enfin ça dépend de la direction que prend son adolescence.

    Cam avait commencé à déconner à ce moment là. L'âge ou on se demande ce qui se passe, on grandit, on murit et on apprend à vivre dans le monde des grands, sans trop savoir ou se positionner. Clara n'avait que 11 ans. Chelsea 8. Mais j'avais connu les jumeaux à 13 ans, Alice aussi. Mais ce n'était même pas comparable ! La plus grande avait été super adorable.
    Oui c'était mon boss, je fis une grimace dégoutée, attrapa une tomate cerise entre deux doigts et la mangea. De toute façon je venais de me griller toute seule !

    C'était mon boss... Si je pointe pas au chomage Lundi c'est que j'ai du bol ! Non il est plutôt sympa du moment que tu fais l'impossible. Maitre Ryan il en a marre !

    Ironique, vous l'aurez comprit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 22:48

Effectivement la vision qu'elle avait de notre père était très négative, en même temps elle avait ses raisons. D'après ce que j'avais compris son père ne voulait pas d'une fille mais d'un clone et il avait l'air difficile à satisfaire. Elle avait l'air d'avoir beaucoup souffert de cette histoire ce que je comprenais on avait qu'un père et quand il se comportait comme le roi des con c'était difficile de faire la part des choses, mais se qui me surpris surtout ce fut quand elle me dit qu'elle le défendait dans une affaire de harcèlement sexuel. Mon père impliquait dans une histoire comme ça. Je trouvais ça limite qu'il ai couché avec ma mère et qu'il l'ai plaqué du jour au lendemain avec un bébé, mais ce que me dit Juliette dépassait l'entendement!

Harcèlement sexuel ?! Il ... il est coupable?

j'avais du mal à croire ça. Je ne connaissais pas mon père, je n'avais une grande estime de lui vu ce qu'il avait fait à ma mère, mais je me disais que si je lui parlais peut être que je pourrais lui trouver des circonstances atténuante, sa jeunesse à l'époque, l'immaturité, je cherchais toujours le meilleur chez les gens, mais la je ne pourrais jamais lui trouver d'excuse. J'avais en horreur les hommes qui se prenaient pour les roi et se croyait tout permis auprès des femmes parce qu'ils étaient des hommes. Julien était un amour pour ça. Très respectueux, toujours à l'écoute, il n'avait jamais un mot blessant, même quand il nous arrivait de nous engueuler, il ne m'avait jamais blessée intentionnellement ... j'étais pas objective pour moi il était l'homme parfait! Mais j'avais vu des hommes en afghanistant qui ne laissait pas leur femme ouvrir la bouche, qui parlait pour elle, qui les battaient si elle ne se plier pas à leur volonté. Dans le centre d'accueil ou nous travaillions, nous avions acceuilli une gamine de quinzes ans qui avait été mariée deux ans plus tôt et qui était maltraitée, je n'avais pas pu m'empêcher de rembarer son "mari" quand il avait voulu la reprendre. Autant j'étais discrète et très gentille en général, autant quand je trouvais quelques chose injuste j'ouvrais beaucoup trop ma gueule et ça ne plaisait pas toujours, mais ça je m'en foutais bien!

C'est ce dont j'ai peur avec Théo, je ne suis pas sa mère et il sait me le dire. Il n'a que douze ans, il obéit encore un peu, mais d'ici quelques temps je sais très bien qu'il aura le dessus....

Je voulais prendre soin de lui comme de mon fils, mais encore fallait-il qu'il me laisse faire et pour le moment il était buté sur le fait que je l'ai obligé à aller au collège et il me le faisait payé! A douze ans, alors imaginer dans deux ans si je lui refusais le scooter ^^

Je ne sais pas pourquoi je te dis tout ça ...

Je ne voulais surtotut pas lui prendre la tête avec mes histoires, elle avait déjà les siennes et puis on était la pour se connaître pas pour jouer les lamentations. Je ne me confiais que très rarement aux autres et la je le faisais avec ma soeur que je connaissais que depuis quelques heures à peine! Elle allait me prendre pour une dingue!

Elle est gentille, un peu maligne mais gentille! Elle a son caractère mais je pense que sa se passera bien ... quoi que si elle a le caratère de ma mère, c'est pas gagné!

Pao était une petite fille qu'on pouvait qualifier de calme, elle ne posait pas de problèmes majeur à mes parents. Elle avait son caractère biensure, comme toutes les pré adolescentes, mais elle n'était pas désagréable et puis ma mère savait la faire obéïr. Elle n'était pas méchante, loin de la, mais elle ne laissait rien passer surtout à l'âge de Pao. Mon beau père par contre c'était advienne que pourra. Il nous avait toujours gaté ma soeur et moi plus que de raison ce qui énervait ma mère!

Maître Ryan parle à la troisième personne j'adore!!!

Elle était trop forte ma tite soeur!!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Ven 9 Avr - 23:08


    Non. Enfin je sais pas. Il... Il a du être un peu trop entreprenant, c'est le genre à être persuadé d'avoir le monde à ses pieds. Mais il ne serait certainement pas allé jusqu'à la tentative de viol. Il est con ça c'est sur, mais un peu plus subtil que ça.

    Je détestais mon père, mais je devais lui reconnaitre son coté stratège, ce n'était pas le genre à foncer comme un con pour s'en faire une, il préférait qu'elle vienne à lui. En plus de ça, je connaissais le genre de petites poufiasses qu'il aimait se lever, le genre toute jeune, secrétaire qui offre une petite gaterie en fin de journée. Enfin bref, le prototype de ce qui avait foutu en l'air le mariage de mes parents et qui avait fait le malheur de ma mère, voila pourquoi je ne les portait pas dans mon coeur.
    J'avais adopté les idées très machistes de ma mère, en même temps j'étais conditionnée. Mais voila pourquoi James ne m'avait pas tapé dans l'oeil tout de suite, alors qu'aujourd'hui j'en étais raide dingue.

    Evite la technique de ma mère, gueuler et jouer au con. Ca mène à rien sur une ado de 17 ans, alors un garçon de 15... T'as essayé de contourner?

    Ou de marchander, ce n'était pas super déonthologique mais merde, ça marche ! Alors on fonce, croyez moi c'était vraiment le genre de truc qui soulage quand il se calme. Un peu comme un bébé qui arrête de pleurer, là on n'est pas sur ed pouvoir controler avec un ado, mais elle y arriverais surement. Je l"admirais pour sa force de caractère. Je serais plus bas que terre sans James, je ne sais pas si j'aurais eu la force de quitter mon pays et mon train de vie, je ne sais pas non plus si j'aurais été capable de tout ce qui est papiers.

    Au contraire, ça me fait plaisir.

    Je repris sa main en lui souriant légèrement. J'aimais qu'elle se confie à moi, ça prouve qu'elle me faisait un peu confiance, qu'elle s'intéressait à mon avis, qu'elle voulait que je la connaisse, qu'elle souhaitait faire partie de ma vie autant que je souhaitais faire partie de la sienne.

    Oh je pense qu'on a le même modèle maternel, je sais pas si ça va vraiment nous servir hein mais on fera avec.

    Je me mis à rire, apparement nous aviosn beaucoup de choses en commun, à commencer par notre connard de père, c'est tout ce que je pouvais lui reconnaitre, de m'avoir fait une grande soeur. Une mère avec un caractère à la con ! Et puis des petites soeurs.
    Je me ralluma une cigarette en picorant dans mon assiette, j'avais faim moi !

    Excuse moi c'est nerveux ! Je dors 3 heures par nuits et comme t'as pu le voir la pression est bien présente.

    J'étais mort de rire, il fallait aussi avouer que je dormais que très peu. J'étais ultra angoissée pour ma grossesse, une grosse affaire au boulot et puis James qui partait de plus en plus souvent, pas le choix. Je savais que je grossirais, alors j'avais peur qu'il aille voir ailleurs. Ca peut briser un couple, tout le monde le sait.

    Et toi le boulot, ça se passe comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Sam 10 Avr - 0:10

A ouai d'accord. Je crois que je ne vais pas l'aimer. Il n'est pas marié ?

C'était le genre d'homme que je détestais. Ils croyaient être des Dieux, avoir le monde à leur pieds et surtout les femmes. javais un type comme ça dans l'équipe avec laquelle je bossais en Russie, un beau gosse ... ou pseudo beau gosse qui était venu à médecin sans frontière juste parce que s'engager dans une action humanitaire ça faisait cool, ça donnait des points en société, ce n'était pas négligeable. Je ne le supportais pas, il avait essayer de me draguer, mais vraiment lourdement et malgrès mes refus il avait insisté jusqu'a ce qu'il se retrouve face à mon mari... il avait moins fait le fier je vous le dis! Ce qui était marrant avec ce genre d'homme c'est de les voir se casser la gueule en beauté! J'étais peut être méchante, mais je m'en foutais, j'avais des idées arrêté sur beaucoup de chose et je n'hésitait pas à les dire quand il le fallait.
Juliette apprenait à connaitre la Manon d'aujourd'hui, mais j'avais beaucoup changé depuis la mort de mon mari. J'étais plus dur, plus posée, beaucoup moins sur de moi, beaucoup moins bavarde. Je ne sais pas si je redeviendrais la jeune fille frivole et joyeuse que j'étais avant. On verra avec le temps.

Non .. en général quand je dis non je reste bloqué dessus qu'il fasse la gueule ou pas. Et je te jure qu'il est tenace! Ça fait quinzes jours qu'il m'adresse à peine la parole c'est pour te dire le caractère! Mais je vais essayer ta méthode tu as de l'expérience avec tes soeurs et ton frère.

Je ne savais pas comment m'y prendre avec Théo. Je restais bloquée sur un idée et je ne lâchais rien. L'autre jour il avait voulu aller visiter la ville à dix heures du soir tout seul, il n'en était pas question, je ne gueulais pas, je disais non tout simplement et je ne changeais pas d'avis. J'étais très calme et je pense que ça énervait Théo. Il fallait qu'il me prenne la tête sérieusement pour que je l'engueule et que je ne réponde pas à ses provocations l'énervait. La race adolescente était très compliqué à suivre.

Merci ...

Lorsqu'elle me pris la main je la serra comme si je n'avais que ça pour me raccrocher. C'était peu ce que je ressentais, je savais que je pourrais compter sur elle en cas de coup dur, elle m'avait fait comprendre qu'elle voulait que j'entre dans sa vie et je voulais qu'elle ai une part entière dans la mienne. Elle l'avait déjà d'ailleurs!

Eh ben je compatis vraiment!

Je rigola. j'adorais ma mère, elle était mon modèle, mais alors qu'est ce qu'elle pouvait être chiante quand elle s'y mettait! Y'a desfois je me demandais comment mon beau père faisait pour la supporter! Elle était adorable mais très grande gueule! On lui demandais juste de ne pas l'ouvrir tout le temps, mais ça elle avait du mal à l'intégrer ... pas grave on fait avec ^^

Tu devrais essayer la phytothérapie, ça marche très bien pour le stress surtout pendant les grossesses.

C'était juste un conseil. Je n'étais pas du genre à stresser pour tout et rien, mais quand j'étais arrivée à edecin sans frontière j'avais eu du mal à me faire à tout se que je voyais, j'étais sans arrêt sur les nerfs et la phyto m'avait bien aidé, après on y croit ou pas mais c'est une médecine recounnu.

J'ai trouvé un mi temps comme infirmière dans un hopital pas loin de chez mo. C'est tranquille pour le moment, ça change de médecin sans frontière!

J'avais pas mal de temps libre ce qui n'était pas très bon pour moi. J'avais du mal à me retouver toute seule dans la grande maison alors je me baladait beaucoup, ou je jouais du violon pour m'occuper l'esprit, mais c'était rare que ça marche, ça m rappelait trop Julien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Sam 10 Avr - 0:26


    Honnêtement j'en sais rien.

    Je ne connaissais rien de mon père en tout cas de sa vie actuelle, en même temps je ne m'y intéressais pas plus que ça. Le fait qu'il ait fait autant souffrir ma mère ne m'aidait pas à le porter dans mon coeur, mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut. La voir pleurer tous les soirs n'aidait pas quant au fait de le porter dans mon coeur. Et puis le fait que Manon me raconte son histoire, abandonée par son père avant sa naissance, du grand Edmund Burke quoi.

    Enfin en tout cas rassure toi t'as rien perdu.

    Au niveau de mon père non ! Elle n'avait pas perdu les crises de larmes, d'angoisse, de tout ce qui pouvait se rapporter à la peur d'écher, puisqu'au final elle semblait avoir une belle enfance, ça restait gravé à vie dans la mémoire ça.

    Non c'est pas de l'expérience. Je dirais que c'est surtout par rapport à ce que j'ai vécu avec mon père. Tu dois faire comme tu le sens, tu te fous de ce qui se fait ou pas. Si tu le sens bien c'est le principal. Pour Cameron c'est compliqué, ils ont perdu leur mère à 2 ans. Une disparition, et puis elle est revenue il y a quelques semaines. Elle n'avait jamais fait son deuil, ne supporte pas ma mère, du moins pas la place qu'elle prend. Le truc bateau mais t'as tenté de dialoguer? Ou joue là subtile, il a 12 ans, tente un ciné, ou un bowling. Un truc qui vous détende tous les deux.

    Je sais qu'avec mon enfant je n'aurais pas du tout les mêmes principes éducatifs. S'il me ramène un 15 au lieu d'un 16 et ben je sors le champagne ! S'il pouvait avoir des notes un peu plus potable que son père au lycée ce serait cool. Et en plus il n'aurait pas beaucoup de mal !

    C'est à base de plante c'est ça ? Ca m'aiderait peut être ouai. J'ai toujours été super angoissée. Pour tout, tout le temps. Mais là depuis ma grossesse c'est assez spécial quand même.

    James faisait son possible hein, mais j'étais têtue, fille d'Erika en même temps, il fallait bien que le côté le plus chiant chez elle me soit légué. J'adorais ma mère, je lui devais tout en même temps, elle m'avait eu hyper jeune et avait pu comprendre mes envies, du moins certaines de mes envies, elle comprenait les ados, et me laissait beaucoup de liberté, que j'essayais de lui rendre en bien.

    Un mi temps? C'est cool tu dois avoir du temps pour toi.

    Le temps de s'installer surtout. Elle allait avoir besoin de temps pour s'adapter aussi. Je remis une mèche de cheveux derrière mon oreille. Et commenda un café. J'avais encore faim !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon Cleary

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Sam 10 Avr - 1:42

Je ne savais plus quoi faire, je n'avais rien perdu selon Juliette, je suis d'accord d'après ce qu'elle me disait ce n'était pas un homme qu'on avait envi de connaître, mais malgrès tout c'était mon père, biologiquement parlant du moins. J'étai perdue, peut être que je devrais attendre un peu avant d'aller le voir, le temps que je me pose, que je sois peut etre plus stable dans ma tête parce que là si je devais avoir affaire à un homme froid et dur j'aurais du mal à l'encaissait. Je ne sais pas pourquoi j'avais ce besoin de le voir, juste une fois, en ce moment. Peut être parce que je le sentais proche de moi, on était tous les deux à Miami ça n'aidait pas à ne pas y penser.
Je n'avais pas eu à le connaitre étant jeune et c'était sans doute mieu mais que ma petite soeur ai du supporté un père tyranique j'avais du mal à l'accepter. J'aurais aimé être à ses côtés pour la protéger de tout ça, l'épauler, l'écouter, mon côté maternelle sans doute.

Oui j'imagine ... tu t'en es bien sortie, je suis contente.

Elle avait une vie super même si je me doutais que psychologiquement ce genre d'enfance devait laisser des traces.

On a un peu de mal à communiquer tous les deux depuis la mort de son père. C'est un peu la même histoire que pour ta soeur. Théo, sa mère l'a eu et l'a laissé tomber quand il avait trois ans, il n'a plus jamais eu de nouvelle d'elle. j'ai l'impression de ne pas avoir ma place près de lui...

Se serait sans doute plus facile si j'étais sa mère biologique et tout comme la soeur de Juliette, il était dans l'esprit que j'étais la femme de son père, mais que je n'avais aucun droit sur lui, ils allaient bien s'entendre tous les deux ça c'est sur! Juliette avait l'air d'une patience monstre, c'est ce qui me manquait avec mon beau fils!

Tu as toujours plus de stress pendant que tu es enceinte, mais tu verras ça calme bien.

Pas que je cherche à la drogué! Mais si ça pouvait l'aider c'était tant mieu. J'en prenais encore aujourd'hui .. ça remplaçait les anti depresseur ^^ Ça avait le meme effet pour moi, mais en moin dangereux!

Oui un peu trop même. J'espère passer à temps complet assez vite ... j'ai besoin de bosser. Je pense que tu comprend!

Vu les heures de boulot qu'elle enchainait elle devait comprendre que rester à la maison c'était carrément déprimant! Elle commanda un autre café alors que je finissais seulement mon coca!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Ryan

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 04/01/2010
Localisation : Miami - Floride

MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   Sam 10 Avr - 1:52


    Qu'est ce que j'aurais aimé avoir une grande soeur étant petite, elle m'aurait écouté, protégée, et puis nous aurions été super complices. Au moins quand j'aurais eu à passer 15 jours chez papa je n'aurais pas été seule. A deux c'est toujours plus facile.
    Et puis je ne doute pas du fait que je sois du genre très caline avec elle, alors imaginez étant petite, nous aurions aussi pu faire les 400 coups !

    Au contraire Manon. Tu l'as ta place, plus que n'importe qui. Seulement il te test, pour savoir jusqu'où il peut aller avant que tu ne le laisses tomber à ton tour. Je ne veux pas jouer ma psychologie à deux balles, mais je pense qu'il te cherche toi en fin de compte, un mur auquel se buter.

    Non pas que je lui conseille de sévir, au contraire. Mais de lui faire comprendre qu'elle serait là pour lui, tout le temps, quoi qu'il arrive. Qu'elle ne risquait pas de filer du jour au lendemain en le laissant pour compte, ça n'avait pas l'air d'être du tout son genre !

    Si ça marche tu deviendras la meilleure amie de James. Je pense qu'il a besoin de ça en ce moment. Je suis inssuportable c'est assez impressionnant.

    Ironique en plus de ça ! Non pas que ça me fasse rire, mais disons que ça m'amusait de voir jusqu'où je pouvais aller, c'est le côté Erika qui ressort ça, c'est rien ^^

    Pour t'occuper l'esprit surtout ouai. J'ai peut être quelque chose à te proposer... L'infirmière du club de moto de ma soeur vient de les planter, ils recherchent quelqu'un et c'est assez urgent. Ce serait pour assurer les entrainements, 3 après midi par semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme un besoin de te connaître   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un besoin de te connaître
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» arbalette ou un truque comme ca
» [Sondage] Jolival 2011 - Rien ne sera jamais plus comme avant!
» Besoin d''aide=>Panda air niveau 109(actuelement)
» Hotspots, objets (comme à chaque fois)
» J'ai besoin d'aide merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day in Miami :: Miami :: Centre Ville-
Sauter vers: