One Day in Miami

One Day in Miami retrace l'histoire d'une famille Floridienne aux méandres incompréhensibles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand l'histoire interdite devient passion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 17:12


    J'ai une mission à remplir pour le cartel Manzonni. Le père tient la Sicile toute entière ou presque, son nom est connu et craint sur toute l'île. Je crois que rentrer là-dedans veut dire engager une partie de soi-même et en sortir relève de l'exploit. Mais je tente le pari après tout. Je n'ai pas l'intention de faire dans le légal, ça ne rapporte pas assez. Mon talent ? L'artistique. Le vrai ? Reproduire ce que je vois. Je sais tout faire, un genre de petit génie dans mon domaine et c'est pour ça qu'ils ont fait appel à moi, m'ayant retrouvé au fin fond de ma planque dans un village des plus paumés. Même mes voisins ne savaient pas que je vivais là, c'est pour dire !
    Mais les Manzonni savent tout, maîtrisent tout, ne laissent rien au hasard et n'ignorent jamais rien. Je le sais pourtant... Je n'ai rien à leur cacher pour l'instant. Un homme est venu me voir et m'a proposé de m'installer chaque nuit dans l'arrière boutique d'une galerie d'art. Celle de la fille Manzonni paraît-il. C'est classe ici, c'est simple, j'aime l'ambiance qui en émane, ce doit être une femme de goût.
    Cigarette à la bouche, je travaille sur un Dali. Les nuances de couleur, les textures utilisées et les techniques ne doivent pas être choisies au hasard, je dois étudier le mouvement artistique de l'époque et respecter ce qui se faisait pour que ce soit au plus juste. Je me fais assez d'argent pour partir en cavale au bout du monde mais j'aime ce que je fais. Mes études d'art me passionnaient, et puis je me suis rendu compte qu'il fallait un nom pour percer en tant qu'artiste, alors que si je copie les autres, j'en ai un d'office et suis sûr de vendre mes tableaux. Je mets mon art au service de la corruption, c'est tout.
    J'entends du bruit, une porte qui se referme. Il doit être aux alentour de minuit. Je n'ai pas le temps de me lever pour fermer la porte que des talons claquent sur le sol, je ne bouge pas, elle s'approche elle même de la réserve.

    Madame Manzonni je suppose ?

    Nonchalant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 18:29

Je suis une femme mariée ... je n'ai pas eu le choix, qu'on soit clair, mais j'ai dû m'y faire, c'est comme ça. Je ne suis pas heureuse, tout le monde s'en fou, on fait comme si de rien n'était, c'est un monde de merde ! La seule chose qui ressort de bien de ce mariage, c'est ma galerie. Mon père me l'a offert comme cadeau de mariage, j'ai une passion pour l'art depuis que je suis petite, tant pour la mode, que pour la peinture, ou le cinéma, l'art en général, mais j'ai toujours beaucoup peint. J'expose certaines de mes oeuvres, ainsi que celle d'autres artistes, souvent des indépendants que j'aime, mais aussi des classiques de j'ai chiné à droit et à gauche. C'est ici que je me réfugie la plus part du temps.
Comme ce soir. Je suis partie après une dispute, encore, c'est de plus en plus récurrent, de plus en plus violent, je ne sais pas ou aller, alors je viens ici, je me réfugie toute seule dans une bulle. J'hésite à aller voir mon frère, mais je sais que ça ne ferait qu'envenimer les choses. Ici, j'ai le calme dont j'ai besoin, je peints, je fais ce que je veux, je suis seule.
J'arrive vers minuit encore sous tension avec une envie de jeter toute ma rage sur une toile vierge.  Je me rends dans l'arrière salle, dans la réserve pour prendre une toile, mais je tombe sur un homme en train de peindre ..; euh .... c'est quoi ce bordel.


Vous supposez bien et vous êtes?!


Non mais je suis un peu chez moi ici, je n'ai invité personne alors il va vite m'expliquer ce qui se passe avant que je n'appelle les flics!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 18:39


    C'est tranquille ici. Calme, bien éclairé, très équipé. Elle ne manque de rien et sait de quoi elle parle. Quelques artistes qui gagneraient à être connus, elle les a sans doute repérés parce que les tableaux qui sont entreposés ici sont destinés à être accrochés dans la galerie. La proprio a donc bon goût ! Sans doute encore une bourge, une fille à papa à qui tout est dû... remarquez, je ne la connais pas. Je ne sais pas si j'ai vraiment envie de faire partie de ce monde. Je me fais assez d'argent pour gagner ma liberté, voilà tout. Mais ces gens-là, dans le système ne sont jamais vraiment libres. Ils sont pour ainsi dire... prisonniers du monde qu'ils se construisent, de la forteresse de mensonges et autre qu'ils dressent entre eux.
    La proprio se pointe, à minuit y a personne qui dort chez les mafieux ?! Je ne sais pas, c'est pas l'heure à laquelle on sort, on brûle son fric en boite ou ce genre de conneries ? Ah et puis elle est aimable aussi...

    David. Juste David. Engagé sous les ordres de votre père.

    Me levant à peine de mon tabouret pour lui tendre une main. Elle la sert ou pas, à elle de voir ^^ Elle a l'air pleine de caractère. Ah les filles du Sud ! Je ne me défais pas de mon sourire charmeur. Elle est goalée la proprio ! Moi qui pensait à une bourgeoise mal entretenue ^^ Non, il a bien bossé papa Manzonni, y a pas à dire.

    On m'a dit de m'installer là. Vous avez un très bel atelier. Remarquez c'est facile...

    Oh je vais l'énerver... Je le sens d'ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 19:04

J'ai fais de ma galerie, un endroit apaisant, calme, très chic à mon image. Je suis la fille Manzonni, tout le monde connait ma famille, alors il y a beaucoup d'inconvénient, mais quelques avantages, comme celui d'avoir mon propre commerce sans avoir à lever le petit doigt. Papa est généreux du moment que je vais dans son sens. Le soucis, c'est que je ne le fais pas souvent et ça l'énerve, on s'engueule et ça fini mal, alors, je l'évite tant que je peux, c'est le mieux. Sauf que mon mari est son bras droit et que je dois suivre la plus part du temps.
Je suis stressée, je ne sais pas comment j'ai réussi à conduire jusqu'ici pour être honnête, mais j'y suis et je ne compte pas rentrer ce soir, mais je ne comptais pas non plus trouver un homme dans ma galerie!


Mon père ?! Alors écoutez moi, "juste David", vous allez remballer votre matos et retournez voir mon père en lui disant qu'il trouve un autre endroit ou faire ses magouilles!


En gros, il n'est pas le bienvenue. Je pense qu'il a saisi. Je ne serre pas sa main mais le regard dans les yeux. Je l'ouvre trop, c'est mon plus gros problème selon mes proches, je ne sais pas me tenir, c'est pas faute d'avoir prit des raclées étant gamine ... pas si gamine que ça d'ailleurs, mais je ne conçois pas de faire quelque chose que je ne veux pas. Alors je le dis, je me rebelle et dans notre milieu, c'est très mal vu.


C'est facile? Pourquoi parce que vous pensez que mon père fait le travaille à ma place? Vous pensez que c'est lui qui gère toutes les affaires, les transactions, qui peints et chine le reste des tableaux? Vous pensez que c'est lui qui passe des heures en rendez-vous avec des artistes pour qu'ils acceptent d'exposer ici et pas ailleurs? Dites moi le fond de votre pensée !


Ah oui ... je parle beaucoup quand je suis sur les nerfs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 19:15


    OK donc elle a de la voix ^^ Une pure fille du Sud, je n'en doutais pas. Rien qu'en entendant ses pas dans la galerie j'ai compris à qui j'avais à faire. Je suis très observateur, attentif à tout ce qui se passe autour de moi. Le rôle de ma vie est de vivre dans l'ombre, dans celui des artistes que je copie, mais à l'abri du regard de tous puisque je me dois de me faire discret. C'est non seulement ce qui me garde en vie mais aussi qui m'apporte le boulot que je dois effectué. Personne ne veut d'un faussaire qui se vante trop. Je ne le fais qu'en présence de jolies filles ^^ Un peu charmeur dans l'âme, je l'avoue. Je suis un esthète, j'aime les belles choses...

    J'aimerais bien mais je ne peux pas. D'après ce que j'ai entendu c'est la seule condition pour que votre petit business reste debout... Enfin c'est ce dont ils parlaient dans l'arrière salle du casino de votre frère... Sympa d'ailleurs, un peu bling bling mais...

    Elle enchaine, me coupant la parole, elle a un débit incroyable pour une si petite chose ! Jolie petite chose au passage ^^ Elle est carrément canon quand elle s'énerve. Ca lui donnerait presque un côté... sexy. Je ne vais pas le formuler ouvertement au risque de prendre un coup de fusil ou de finir au fond d'un océan dans un bloc de béton mais je n'en pense pas moins, mais mon regard ne peut le cacher lui, de même que mon petit sourire en coin.

    Wow... et vous mordez aussi ? Je suis très impatient de voir ça ^^

    Laissant échapper un éclat de rire avant de me rasseoir nonchalamment sur ma chaise et de me rallumer une cigarette en jetant un coup d'oeil aux toiles stockées dans un coin.

    Si c'est vraiment pour votre prochaine expo, je trouve ça dommage de devoir fermer avant de la faire. Parce que c'est ce que votre père fera si vous me virez. Vous avez du goût. J'aurais pas cru au premier abord ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 19:49

Je connais le trafic de mon père, mais je lui ai clairement dit que je n'en voulais pas, il n'en fait qu'à sa tête de toute manière, même ce qui me semble une liberté, ne l'est pas.  Je ne sais pas si je pourrais vivre comme ça toute ma vie. Je pense souvent à partir, je l'ai fait une fois ado, juste avant mon mariage, je ne supportais pas d'épouser un homme que je n'aimais pas, mais mon père m'a retrouvé, je n'ai plus tenté de partir, mais je l'envisage de plus en plus aujourd'hui. J'ai un peu d'argent de côté, je pourrais quitter le pays. Le seul qui me manquerait, c'est mon frère, mais il a sa vie de son côté.

Ne laissez pas trop vos oreilles trainer dans ma famille, on risquerait de vous les couper ... Ce serait dommage, vous êtes charmant ...

Je ne lui apprends rien, il le sait, il est charmant, il n'y a pas d'arrière pensée dans mes paroles, juste un fait. je suis à cran, je suis fatiguée de tout ça, et voir cet homme ici sous les ordres de mon père est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Et on ne fume pas ici! Ca abîme les tableaux, artiste du dimanche!


M'approchant pour lui prendre la cigarette des mains.


Alors faites ce que vous avez à faire, mais je ne veux pas vous entendre.


Sortant une toile vierge pour la mettre devant moi, enfilant un vieux tee shirt tout tâché de peinture, celui que je porte dès que je crée. J'attrape la peinture que je balance sur la toile de manière frénétique sans vraiment savoir ou je vais. Les tons sont sombres, comme beaucoup de ce que je fais en ce moment. J'ignore totalement l'homme à côté de moi ... enfin presque, je lui jette des regards discret de temps à autre ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 20:03


    Charmant, vous trouvez ?

    Retrouvant de ma superbe en lui souriant. Elle me plaît la dame ! Elle sait comment me parler en plus de ça. Me prendre par les sentiments pour me faire obéir c'est digne d'une Reine, ou d'une Princesse. Elle m'a tout l'air de l'être, et vu ses fringues je pourrais m'offrir un ou deux originaux qui trainent dans cette galerie au lieu de les reproduire ^^ Je ne pose pas de questions quant à ce à quoi vont servir mes tableaux. On me demande, je fais, le livre, le reste ne me regarde pas. Je suis un artiste discret ! Et plutôt bon dans mon domaine, elle ne l'a pas encore dénigré. Je dis bien pas encore ^^

    Arrêtez, vous allez me vexer. Et vous ne le voulez sans doute pas.

    Tournant légèrement ma tête sur le côté, comme pour l'amadouer. Elle va finir par me détester, je le sais, mais ça me plaît pour tout avouer, c'est de là que naît l'attirance paraît-il, la plus insoutenable...
    Elle capitule et me laisse dans mon coin pour enfiler un vieux t-shirt plein de peinture le genre qui la rend incroyablement irrésistible, ce que je tairais pour le moment. Elle me jette des coups d'oeil furtif que je feins d'ignorer pendant que je me concentre sur certains détails de mon tableau. Mais ceci ne peut durer qu'un temps. Je suis incapable de faire abstraction de sa présence. Je suis un solitaire, j'ai besoin d'espace pour me concentrer et elle... S'acharne sur cette pauvre toile qui n'a rien demandé. Si elle pouvait l'insulter, elle le ferait ! Le processus créatif est quelque-chose de très intime, de personnel, chacun le fait de manière différente...
    Elle m'intrigue, je ne peux rien contre ça. Je pose mon pinceau, me lève, attrape un tube de peinture blanche, et la rejoint, me plaçant juste derrière elle. Je vide une partie du tube sur sa palette et à l'aide d'un long pinceau, trace une grande ligne blanche, entachant la noirceur du tableau, comme un espoir trépassant au milieu de sa toile parmi le mélange glauque des couleurs mélangés par sa rage. Mon bras hissé par-dessus son épaule, je fini par le baisser pour reposer mon pinceau.

    Ce n'est pas ce que vous êtes. Ce que vous peignez, ça ne vous ressemble pas...

    Pas celle qu'elle est réellement je veux dire. Elle a changé ou est en train de le faire, sans doute à cause de sa famille, de ce qui lui sert de mari, je n'en sais rien, mais elle peint pour se soigner, par pour évoluer, ni pour grandir, elle cherche à extérioriser quelque-chose, comme une thérapie, un mal sur lequel elle n'aurait pas le droit de poser des mots.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 20:43

Mes mots ont dépassés ma pensée ^^

Mesquine en lui jetant un regard taquin. Je ne suis pas censée approcher un autre homme que mon mari et pourtant mon père m'envoie un faussaire, dans ma galerie, il cherche les soucis en fait. Je ne peux pas nier qu'il est beau, il a un sourire à tomber et une attitude de petit con que j'adore, mais je suis une femme mariée ^^

Oh vous savez, vous vexer ou non ^^


Ca me passe au-dessus, qu'on soit clair, je ne le connais pas, je ne le verrais plus jamais de ma vie donc bon, qu'il finisse son boulot, je fais ma toile et on en reste là. Je lâche toute ma colère, toute ma tristesse sur cette toile, je vois les choses en noir, je suis coincée dans une vie qui ne me plait pas, que je n'ai pas choisi avec un mariage qui n'est qu'une pure mascarade organisé pour les besoins des affaires de mon père, j'en suis totalement confiance, mais ça me détruit petit à petit. Je suis dans ce que je fais, j'oublie tout quand je peins et je sursaute quand je sens David derrière moi. Je me retourne pour le regarder quelques secondes avant de le laisser faire. Il donne sa touche à mon tableau! Mais je lui demande rien moi!


Vous ne me connaissez pas!


M'éloignant de lui d'un geste brusque en faisant tomber ma palette. Je suis sur les nerfs, je me baisse pour ramasser la peinture, laissant mon tee shirt se baisser pour laisser mon épaule nue d'un côté , laissant apparaitre une trace violacée que je m'empresse de recouvrir en me relevant.


Occupez-vous de votre peinture, mon père aime être livré à l'heure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 21:00


    Vos mots mais pas votre regard. Il est très expressif, on vous l'a déjà dit ?

    Oui je suis un petit con, on me le dit assez souvent ça fini par rentrer. On comprends tout de suite où elle veut en venir, elle est très claire. J'aime ce genre de femmes en apparence forte, qui finissent par laisser découvrir un côté fragile très déstabilisant. Mais il joue à quoi le père Manzonni pour laisser trainer sa fille la nuit comme ça ? Ah, elle a peut-être la permission de minuit, je ne sais pas ^^ Je n'ai pas eu des parents assez présents pour savoir ce que c'était réellement que d'être surveillé mais je crois qu'elle, elle le sait un peu trop...

    Arrêtez de résister, je vous plais, je le vois ^^

    J'ai 15 ans et je suis en train de draguer les filles en cours de sport ! C'est lamentable ^^ Je ne suis pas connu pour ma maturité à toute épreuve, mais c'est aussi ce qui fait mon charme. Je suis très loin des conventions et de ce qui se fait dans les grandes familles. Je viens de rien du tout, l'art m'a subjugué un jour de sortie d'école dans un musée quelconque. Alors que les autres gamins ne pensaient qu'à courir dans les allées, moi j'ai eu le coup de foudre, je ne l'explique pas, l'art se ressent, il ne se réfléchi pas.
    Je m'approche d'un peu trop près, elle s'énerve et fait tomber sa palette sur le sol avant de la ramasser. Son t-shirt trop grand trahi une marque sur son épaule... Je viens de comprendre ce qu'elle faisait ici... elle fuit. Non, ce n'était pas un caprice de petite fille pourrie gâtée qui n'a pas eu le nombre de jouets escomptés à Noël, elle est prisonnière de sa vie. Ce ne sont pas ses marques qui me l'ont dit, mais son tableau... Ses bleus l'ont juste confirmé.

    Et bien il attendra.

    Mon ton est sec. Je la quitte une seconde pour attraper ce qui ressemble à une trousse de secours au-dessus d'un évier plein de peinture qui sent la térébenthine. Je fouille à l'intérieur. Des pansements, du désinfectant, même du fil, quelques aspirines et même des cachets d'ibuprofène... Je fini par mettre la main dessus, une pommade anti-coups. Je me replace face à elle, la dominant d'une bonne tête.

    Laissez-moi faire.

    Ma voix se fait radicalement plus douce. Ses cheveux attachés laissent néanmoins retomber quelques mèches dans son cou, qui s'échouent sur son épaule. Je les en écarte délicatement avant de faire glisser son t-shirt comme tout à l'heure. J'applique un peu de pommade sur son bleu, du bout des doigts, massant son épaule de gestes amples et délicats.

    C'est cet homme qui inspire votre peinture, n'est-ce-pas ? Celui qui vous marque de cette façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 22:30

Oui, je sais ...

Je n'aime pas qu'on me le fasse remarquer, je n'aime pas qu'on puisse lire en moi et pourtant, c'est tellement facile par moment. Il est charmant, il le sait, pas besoin de lui dire, même si j'imagine que ça doit flatter son égo, c'est un homme^^ J'ai beaucoup de mal à avoir confiance à la gente masculine, je n'ai pas une haute opinion d'eux si ce n'est de mon frère.


Et ça vous le voyez?


Brandissant mon alliance à dix mille dollars importé directement des Etats-Unis! Oui bon ben mon mari aime les belles choses, il aime surtout faire voir sa fortune et sa puissance. Je ne manque de rien matériellement parlant, j'ai les robes les plus belles, une maison de princesse, des bijoux pour trois vies, mais je me suis aperçu en grandissant que ça ne faisait pas tout.
Je le regarde intriguée quand il me dit que mon père attendra .... comment lui dire... Mon père n'aime pas attendre, il faut que tout aille dans son sens. Quand j'étais petite, il était mon modèle, j'étais amoureuse de mon père et de mon frère, j'étais une princesse, j'avais ce que je voulais tant matériellement qu'affectivement, c'est en grandissant que ça c'est gâté, quand j'ai commencé à comprendre comment marchait ce monde et que j'ai décidé de ne pas en faire partie, de ne pas me laisser faire, de vivre à ma façon, ça n'a pas plus et les relations avec mon père se sont dégradées. Aujourd'hui, je lui en veux tellement que je ne sais pas si je pourrais lui pardonner un jour.
Je ne comprends ce que David fait que quand il revient vers moi avec la pommade et contre toute attente je le laisse faire, je frissonne en sentant ses doigts sur moi, c'est étrange. Je n'ai connu que mon mari aucun autre homme ne m'a touché, c'est une sensation agréable.


Mon mari ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 22:45


    Je vois. Très impressionnant.

    Prenant sa main dans la mienne pour observer son alliance. Bon, je l'avoue, c'est plus par plaisir de sentir sa main dans la mienne, après tout rien ne l'interdit non ? Je laisse glisser ses doigts entre les miens avant de lâcher sa main, sans me défaire du regard amusé que je pose sur elle. Une bague sublime, sertie d'un diamant dont la valeur me fait pâlir. Ils ont de l'argent, c'est une famille surpuissante et j'imagine que c'est une façon de la marquer comme étant de la patrie. Je ne sais pas trop quoi en penser. Elle a l'air différente, bon, caractérielle comme une femme du monde qui serait née dans un contexte ultra privilégiée, mais elle a quelque-chose de plus sensible, quelque-chose que je ne décèle pas encore, mais ça ne saurait tarder.
    Je pose mes mains sur elle pour la soigner, frôler sa peau du bout de mes doigts me fait sans doute autant d'effet qu'à elle. Je la sens frissonner, je vois son regard se perdre et le doute s'installer. Serait-elle en train de se laisser envahir par la même hésitation que moi ? Je la sens changer de comportement à mon contact, ce n'est pas déplaisant.

    Il lève la main sur vous...

    C'est une constatation. Je suis touché, malgré moi, mais ça me fait quelque-chose. D'un naturel plutôt égoïste d'habitude, ce qu'elle peut ressentir, vivre ou même connaître, m'importe plus que ça ne le devrait. Quand je la vois peindre, elle me plaît d'une façon que je n'aurais jamais pu imaginer. Je ne sais pas pourquoi je m'emballe aussi vite, mais je n'ai pas pour habitude de me perdre en conjectures, ni même d'hésiter.
    Je dépose mes lèvres sur son bleu, puis embrasse délicatement son cou. Je me lance, après tout, qu'est-ce-que je risque à part la paire de tartes que j'aurais dû prendre tout à l'heure ?

    Vous avez d'autre marques ? Retirez-le...

    Je murmure à peine et l'encourage à retirer son t-shirt pour me faire dos, je peux essayer d'apaiser la douleur dans son dos, j'imagine que ses marques se trouvent un peu partout... Ca me rend dingue, une femme comme elle... Elle pourrait régner sur une milieu de l'art si elle le voulait, j'en ai vu des artistes, mais rarement des si passionnés. 3 coups de pinceaux ont suffit à m'en convaincre.
    Nous sommes seuls, le silence est roi, une sorte d'électricité et d'attirance palpable emplit la pièce, c'est une ambiance très étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 23:41

Je vous remercie  ....

Récupérant ma main délicatement, il ne semble pas impressionné contrairement à ce qu'il dit. Il semble différent des hommes que je connais, il est beaucoup plus doux. Il travaille avec mon père, il sait qu'une femme de bonne famille n'est pas censé être dehors le soir, il pourrait très bien l'appeler pour le prévenir de ma conduite, c'est ce que la plus part aurait fait pour se faire bien voir de leur boss.
Au lieu de ça, il s'occupe de moi, il s'occupe de ma blessure, me faisant ressentir des choses que je ne connais pas. Mon mari a été le premier et seul homme que j'ai connu, encore une fois, je n'ai pas eu le choix, mais David se fait tellement doux que ça me perturbe.

Vous l'avez dit, j'ai un peu trop de caractère ...


Je sais que je ne devrais pas répondre, mais je ne sais pas le faire, je ne peux rester sans rien dire quand quelque chose me déplait, les femmes n'ont pas ce droit ici, dans ce milieu. Oh, ce n'est pas comme si je ne le savais pas, mon père me l'a bien fait comprendre étant plus jeune et mon mari a prit la relève. Il est violent quand il boit , quand il pense que je lui manque de respect, je ne sais pas si mon père le sait, c'est son meilleur ami, il laisse peut-être faire, tout simplement.
Je sens les lèvres de David sur moi et je ne sais pas ce que je dois faire, je suis perdue entre le fait de me laisser aller et la peur d'être découverte, je prends sa main dans la mienne sans rien dire. Je ne le connais pas et pourtant je me sens en sécurité avec lui, c'est sans doute ce qui me manque. Il me demande de retirer mon tee shirt ... Ce que je fais, doucement, me retrouvant en sous vêtement devant un total inconnu. Je suis complètement dingue!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Dim 2 Nov - 23:56


    Est-ce une raison ? La violence n'est-elle pas la réponse des faibles ?

    Tout littéraire que je puisse être ^^ On sent l'artiste qui sait que ses chances au corps à corps sont limitées ^^ Je ne suis pas une grosse baraque, pas comme les hommes de main de monsieur Manzonni. Disons que je suis plus futé que musclé, ça m'a souvent servi. Je suis plutôt du côté intello, un genre d'arnaqueur qui se faufile et qui évite de rentrer dans le tas. Je suis aussi plutôt contre les armes, non violent... Parfois, il n'y a pas le choix, mais jamais à l'encontre d'une femme. Salaud, je le suis, je l'ai entendu des dizaines de fois ^^ Mais de là à leur apprendre la vie avec une tarte ou deux ? Ce n'est pas ma conception d'une relation, encore moins du mariage ! Bon, j'en suis encore très loin, les gens comme moi ne se marient pas, ils sont plutôt du genre à vivre d'aventures, à papillonner, mais jamais vraiment stables... C'est pourtant ce dont a besoin une femme.
    Mais cette femme se trouve à présent entre mes bras, et retire son t-shirt quand je le lui suggère. Je ne pensais pas qu'elle le ferait, elle me surprend à chaque geste, à chaque regard qu'elle pose sur moi ou autour d'elle. Je crois que je suis en train de vivre quelque-chose que je n'aurais jamais soupçonné. Je m'écarte d'un pas pour la regarder. Son corps est couvert de bleus mais magnifiquement sculpté.

    Vous êtes sublime.

    C'est une femme qui prend soin d'elle, sans en faire trop, on sent même qu'elle n'a pas d'autre choix que de faire de son mieux chaque jour dans l'attente d'une nouvelle demande de son bourreau qu'elle appelle mari. Je remonte une main sur son ventre, suivant le chemin de sa poitrine à son nombril avec une douceur infinie.

    Vous tremblez...

    Glissais-je à son oreille en passant mes bras autour d'elle comme pour la réchauffer. Je sens son coeur battre contre ma poitrine, sa peau nue contre mon t-shirt et je glisse le bout de mon nez derrière son oreille avant de saisir son visage à deux mains pour poser mes lèvres sur les siennes et lui voler un baiser tendre et passionné.
    Je pose une main au creux de ses reins, la rapprochant un peu plus de moi pour sentir son bassin contre le mien, comme pour pousser la proximité de nos corps au maximum.

    Je ne vous ferais pas de mal... Madame Manzonni...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Lun 3 Nov - 0:16

Non, c'est simplement celle des hommes.

Il n'y a que mon frère pour qui j'ai un grand respect. Il est rentré dans les affaires parce qu'il n'a pas vraiment eu le choix, j'ai mis longtemps à le comprendre, mais je le sais aujourd'hui et je sais qu'il me protègera quoi qu'il arrive, pourtant je n'arrive pas à lui parler de mon mariage, je ne sais pas, j'ai peur de sa réaction, j'ai honte aussi. Ma mère est toujours mariée à mon père, elle ne s'est jamais plainte, ado, je la pensais faible, aujourd'hui, je sais qu'elle est forte, plus que beaucoup d'autre.
Je retire mon tee shirt quand il me le demande, je ne devrais pas, je suis mariée, je devrais rentrer chez moi comme la femme docile qu'on me demande d'être mais je ne peux pas. Il me plait, il m'attire, j'ai envie de connaitre autre chose et en même temps, je suis morte de peur. C'est la première fois que je me deshabille devant un autre homme que mon mari. Mon corps est marqué et je ne suis pas à l'aise pourtant je le laisse faire, passant mes bras autour de lui alors qu'il m'embrasse.


Victoria. Je m'appelle Victoria.


Je passe ma main dans mes cheveux, nerveuse, avant d'ouvrir sa chemise, caressant son torse, évitant son regard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Lun 3 Nov - 0:32


    Alors je n'en suis pas un...

    Je ne conçois pas les choses de la même façon que les hommes qui m'engagent en général. Ce sont des gens déjà friqués et assez cultivés pour savoir ce que vaut un grand tableau et comment marche l'art sur le marché. Ils viennent des classes supérieures et c'est malheureux à dire mais plus leur porte monnaie est attirant, moins leurs façon de traiter leurs femmes ne l'est.
    Si j'étais marié à une femme comme Victoria, puisque c'est son prénom, je ne me risquerais pas à lui faire du mal. Elle mérite beaucoup mieux, elle me fascine, elle m'intrigue, me subjugue même, depuis que je l'ai vue entrer dans cette pièce.
    Elle ne refuse pas mon baiser et me livre son identité avant de défaire maladroitement ma chemise, comme si elle savait qu'elle était en train de se brûler mais ne pouvait résister. Il en va de même pour moi, je sais pourtant qu'elle risque gros, ce serait à moi de dire non. Ma chemise ouverte, je la laisse glisser sur le sol. Je relève son visage vers moi, j'ai remarqué qu'elle fuyait mon regard.

    Victoria, j'ai envie de toi, pas d'une femme docile.

    Pas d'une femme qui a peur des hommes au point de soumettre même son propre désir à celui qui se trouve en face d'elle. Elle n'a pas à avoir peur de moi, même si je le conçois, elle n'a connu que ça.
    Je la pousse doucement contre le mur, remontant une de ses jambes nues contre contre les miennes, embrassant ses lèvres. Je glisse une main sur sa poitrine, par-dessus son sous-vêtement, déposant mes lèvres sur son épaule, descendant plus bas par la suite, mes gestes toujours empreints d'une douceur rassurante. Je la sens nerveuse et je glisse quelques paroles à son oreille en embrassant son cou avant de plonger mon regard tendre dans le sien.

    Je ne prendrais rien de force, tu es maîtresse de ce qui se passe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mar 4 Nov - 22:08

Je ne sais pas comment le voir, comment savoir si il dit vrai, il a l'air différent, mais mon mari aussi était très doux au début de notre union. Je ne fais aucune confiance aux hommes, il n'y a que mon frère qui sorte du lot et encore, je n'aime pas qu'il s'énerve après moi, je ne supporte pas les cris venant de qui que ce soit, c'est quelque chose qui m'angoisse depuis que je suis petite. J'entendais mon père et ma mère se disputaient et je détestais ça, ça me faisait peur, tout comme aujourd'hui, sauf qu'en plus, ça m'énerve!
Je suis en train de faire une erreur, une grosse erreur, si jamais mon mari ou mon père vienne a apprendre que je suis avec une autre homme, j'aurais de gros soucis et pourtant, j'ai envie de vivre pour moi pour une fois. Je ne le reverrais peut-être jamais après ça, mais c'est pas grave, j'ai envie de connaitre autre chose, pourtant, je ne suis pas à l'aise. Je retire sa chemise maladroitement, sans le regarder avant qu'il ne prenne
mon visage dans ses mains pour que je le regarde.

Excuse moi ....

Je ne sais pas trop ou me situer, il me colle doucement au mur ou je dépose mes mains sur son torse, le caressant avec délicatesse, apprenant de nouvelles sensations qui envahissent tout mon corps. Ses mains sur moi me font frissonner de plaisir. Je passe mes bras autour de son cou, répondant à ses baisers. Il me rassure sur le fait que je ne suis pas obligée de faire quoi que ce soit. Même mon mari ne me laisse pas le choix! Je le regarde dans les yeux, déposant un doigt sur sa bouche pour le faire taire, retirant ce qui me reste de sous vêtement pour lui prouver mon aval avant de me coller à lui pour l'embrasser un peu plus passionément. Advienne que pourra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mar 4 Nov - 22:28


    Elle est fragile, elle est craintive, je ne comprends pas comment elle peut l'être autant pourtant avec la puissance de sa famille. Elle devrait être à la tête de toute une partie de la Sicile mais il n'en n'est rien. Elle doit se soumettre à un mari violent, les marques en témoignent, sans le soutient qui que ce soit étant donné la situation. Soit son père ne sait rien, soit pire, il cautionne. Comment pourrait-on accepter de faire du mal à une femme telle qu'elle ? Je ne la connais que depuis deux heures à peine et je la trouve déjà fascinante... Sensible, intelligente, plein de caractère, mais fragile, prête à se briser au moindre souffle, elle est en train d'atteindre son point de rupture et personne n'est foutu de s'en rendre compte.

    Chut... pas avec moi.

    Posant un index sur ses lèvres pour la réembrasser ensuite. Elle est maître de ce qui se déroule à présent et a le pouvoir de dire stop, de dire oui, ou même de s'en aller. Je ne suis pas de ses hommes qui prennent de force ce que les femmes ne lui donnent pas d'elle même. Pour moi une femme se respecte. Je n'ai pas beaucoup de morale mais pour elles si... Pour ELLE surtout.
    Ses bras passent autour de mon cou et je la prends dans mes bras pour l'embrasser passionnément, son corps à présent nu contre le mien. J'en fais autant avant de dégager une partie du meuble en bois contentant le matériel pour l'appuyer contre et caresser son corps quelques secondes en le contemplant avant de ne former qu'un...  J'attrape sa main dans la mienne et la serre au rythme de nos ébats, passionnés. Mes lèvres remontent le long de son cou au rythme de l'ondulation de nos corps et doucement, nous arrivons au point de non retour, simultanément... Je crois que j'ai rencontré la femme la plus inimaginable qu'il puisse être...

    Victoria...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mar 4 Nov - 23:19

J'ai beaucoup de caractère, j'en ai toujours eu. Petite, ça faisait rire toute le monde, j'étais une princesse, je voulais, j'avais, c'était comme ça, mon père me couvrait de cadeau, j'ai toujours entendu que j'étais la meilleure, la plus belle, que je pourrais avoir une vie de rêve, je le croyais. Quand j'ai grandi, j'ai continué à penser que je pourrais faire ce que je voulais et j'ai dépassé les limites que mon père a vite remis en place plutôt brutalement. Je suis passée du statut de petite princesse à celui de rebelle à recadrer. Il a voulu me marier pour qu'un homme me recadre. Il a réussi, je n'ai pas droit à l'erreur.
David fait preuve d'une douceur dont je manque terriblement, il fait attention à ce que je veux, à ce que je ressens, je ne savais pas qu'un homme pouvait aimer comme ça. Je ne sais pas comment me comporter, je n'ai connu que mon mari, je sais comment il marche, comme lui plaire, mais un autre homme? J'ai peur de ne pas savoir m'y prendre alors je le laisse faire, me guider, serrant sa main dans la mienne quand notre étreinte débute. Je découvre de nouvelles sensations, je frissonne et soupire de désir. Sa tendresse m'apaise, je me détends à son contact avant d'arriver au bout de nos forces. Notre étreinte terminée, je glisse ma main sur son visage, timidement, avant de m'écarter de lui pour enfiler sa chemise.


Tu devrais terminé ....


Il est là pour travailler après tout, je n'ai été qu'une distraction, je prends les devant en le repoussant avant qu'il ne le fasse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mar 4 Nov - 23:31


    Je la sens timide entre mes bras, se laissant guider, comme si elle n'osait pas être elle même, exister, oser. Je ne sais pas si je ne suis pas en train de la brusquer, c'est très étrange comme situation. Si mes nuits se sont toujours composées d'histoires sans lendemain, de filles d'un soir et autres fantaisies réservées aux hommes de peu de foi, ce soir semble totalement différent. Le hasard fait bien les choses, et le destin... Existe-t-il ? Pourquoi l'aurait-il mise sur mon chemin ? Victoria est le genre de femme que j'aurais envie d'épouser, pas de faire rêver le temps d'une soirée pour lui laisser un bon souvenir. Se pourrait-il que je sois en train de me prendre à ses filets ? Il ne le faut pourtant pas, les Manzonni ne plaisantent pas et je pense que le sujet de la fille du boss rentre en compte aussi ^^ Mariée qui plus est. A un brave connard, certes, mais ce ne semble être que détail.
    Elle répond à mes gestes et se referme immédiatement après notre étreinte. Comme si elle n'était qu'une distraction, elle me suggère de me remettre au travail. Sa façon de porter ma chemise me plaît plus que je n'oserais le dire. Je m'exécute et reprends place sur le tabouret une fois mon jean renfilé. Une cigarette éteinte à la bouche, j'attrape mon pinceau pour me remettre à mon oeuvre. Mais incapable de me concentrer à la vue de cette femme venue d'ailleurs dans ma chemise tâchée de peinture, je repose le tout et lui tends le bras pour la prendre sur mes genoux, déposant ma cigarette derrière mon oreille. Mes airs nonchalants en ont agacés plus d'un ^^

    Vous êtes une femme bien mystérieuse...

    Le vouvoiement est choisi, je cherche à la charmer, encore, autant qu'elle me charme avec son sourire depuis tout à l'heure. Je prends ses mains dans les miennes, mes bras autour de son ventre, laissant glisser le bout de mon nez le long de son cou avant de redresser la tête, accolée à la sienne.

    Tu connais l'histoire de ce tableau ?

    Entremêlant mes doigts aux siens en des gestes très tendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mer 5 Nov - 0:45

Je préfère m'éloigner de moi-même avant qu'il ne me repousse. Il bosse pour mon père, je me doute bien qu'il ne va pas crier sur tout les toits qu'il vient de se la taper dans son propre atelier ... enfin, je l'espère. Je ne sais pas comment je pourrais expliquer ce que je ressens, cette attirance pour lui alors que je ne le connais absolument pas. J'enfile sa chemise, le laissant travailler. Il est là pour ça normalement, je l'observe du coin de l'oeil, rangeant pour m'occuper. Je suis perdue, je ne sais pas ou me situer, mais David me tend le bras pour que je vienne près de lui. Je le regarde quelques secondes avant de m'approcher pour m'assoir sur ses genoux, passant un bras autour de son cou. Il est beau, il a des faux airs de James Dean quand il était jeune, avec sa cigarette derrière l'oreille, il me fait rêver.

Vous ....

Le regardant dans les yeux. On vient de coucher ensemble, je pense qu'il peut me tutoyer. Je sens qu'il le fait exprès. Je suis mystérieuse .... Je ne sais pas si c'est vrai, peut-être, si il le dit. En tout, il me plait putain, je ne devrait pas, je dois pas me laisser aller. Il est tellement gentil, tellement doux, je me sens bien dans ses bras. Je caresse son bras du bout des doigts.


Oui. C'est une vision du futur qu'avait l'artiste. Il pensait que l'avenir serait meilleur, d'où les couches de couleurs appuyé. Le noir représente le présent, il est minime et si on regarde bien, on voit l'ombre d'un homme dans le coin supérieur.


J'aime l'art, c'est ma passion, je l'étudiais au lycée. J'aurais aimé continuer mes études en art, mais je me suis mariée et mon mari ne voulait pas me voir aller seule à la fac, alors mon père m'a offert cette galerie, comme cadeau, mais aussi pour compenser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mer 5 Nov - 1:01


    Vous. Tentation suprême à laquelle personne ne peut résister. Pas même un petit artiste minable qui se contente de copier des tableaux dans le fond d'un atelier clandestin ^^

    J'étire mes lèvres en un sourire amusé avant de les approcher des siennes. Après tout je pense que ce que nous venons de faire a de quoi nous rapprocher assez pour que je puisse l'embrasser sans avoir à lui demander la permission. C'est le genre de femme à qui un baiser volé peut faire plus d'effet qu'une invitation au resto en bonne et due forme. Elle manque de spontanéité dans sa propre vie, je sens bien que tous ses gestes sont calculés de peur de mal faire ou de trop faire. Elle se recule d'elle même, n'ose pas oser certains gestes. Elle n'a sans doute connue que ce genre de discipline. Je ne suis peut-être que celui qui la fera rêver le temps d'une nuit, mais je ne suis pas prêt de l'oublier. Elle me manque déjà alors qu'elle est dans mes bras. Mais pour combien de temps ?
    Elle me récite l'histoire de ce tableau que je suis en train de reproduire. Je n'aurais pas pu dire mieux. Il m'est essentiel de connaître chaque histoire derrière chaque oeuvre d'art pour saisir le sens de celle-ci et la portée, la visée, pour ainsi en rendre le meilleur et le plus juste.

    Je crois avoir trouvé mon maître, je m'incline. Tu n'as plus rien à apprendre de moi. Mais ça tombe bien, Bonnie n'apprenait rien de Clyde, elle l'apaisait et lui faisait confiance, elle le suivait aussi. Et toi ?

    Me fait-elle assez confiance pour me revoir ? Me laisser bosser ici ? Ne rien dire à son père ou même son mari de ce qui s'est passé cette nuit ? Pourquoi pas même envisager autre chose, changer de vie c'est mon quotidien, mais le sien semble tellement rangé, rassurant... Enfin tout du moins cadré, assez pour qu'une femme fébrile comme elle puisse se repérer et avancer. Mais les marques sur sa peau m'indiquent qu'il en est tout autre. Je glisse le bout de mes doigts sur sa clavicule que je mets à nue en écartant sa chemise pour embrasser son épaule.

    Tu ne peux pas le laisser faire, tu ne tiendras pas longtemps... Tu mériterais le monde à tes pieds Victoria... Laisse-moi t'en offrir un petit bout. On va se revoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mer 5 Nov - 1:29

Un artiste minable? Je pense au contraire qu'il faut avoir beaucoup de talent pour reproduire ces oeuvres à la perfection. Pourquoi ne pas peindre pour toi?

Le regardant, avant de répondre à son baiser, mes mains sur ses joues. Je ne saurais expliquer ce que je ressens pour lui, mais je n'ai pas envie de le quitter, c'est sur. Je ne sais pas ce qui peut l'attirer en moi, j'ai un caractère de merde, j'en suis conscience, je suis arrivée ici en lui hurlant dessus et pourtant, ça a eu l'air de le séduire. Il semble si sur de lui que ça me fait peur, j'ai l'impression de ne pas être à la hauteur de ce qu'il attend d'une femme. Je me mets la pression.


Je te fais confiance.

Sinon je ne serais pas là, je me détends doucement à son contact, je me laisse aller contre lui, jouant avec ses doigts. Il y a des années que je n'ai pas fait les choses pour moi sans regarder derrière, pour une fois, ce soir, je vis pour moi et ça me plait. Je me raidis quand il embrasse ma clavicule, je ne suis pas très à l'aise avec mon corps.


Je suis plus forte que tu ne le penses. Tu veux me revoir?


Ca m'étonnes. Il y a de grands risques. Je me tourne pour le regarder dans les yeux, passant délicatement mes doigts sur sa joue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mer 5 Nov - 1:46


    Parce que j'estime que peindre est mettre à chaque coup de pinceau un peu de son âme sur la toile et que j'aurais peur de finir par perdre le peu qu'il me reste. D'où te viens cette... passion ?

    Je dirais même vocation. Elle parle art comme elle respire. Elle fait corps avec son sujet, elle le vit, le ressent, c'est comme si elle n'était venue au monde que pour ça. C'est même une évidence. Il y a des personnes qui ne sont là que pour une raison et qui quand elles la trouvent et l'exploite correctement trouvent le bonheur le plus absolu. J'ai comme dans l'idée que la galerie ne lui suffit pas, elle n'est pas libre. Prisonnière d'un mariage arrangé, sans amour, brimée et même battue. Qui voudrait de cette vie là ?

    Au voyou qu'a engagé ton père pour ses nouvelles magouilles ou au beau gosse quasiment irrésistible que tu as surpris en plein forfait dans le fin fond de ton atelier ?

    A qui fait-elle le plus confiance ? Je retrouve mes airs de petits cons de tout à l'heure, ceux qui lui plaisaient, c'est comme ça que j'aime paraître. C'est une façon de me protéger sans doute, tout autant que de lui plaire, et de lui faire savoir qu'elle aussi me plaît, ce qui semble même la surprendre...

    Te revoir, non. Je voudrais ne plus jamais te quitter. Mais si te revoir est le seul espoir qu'il me reste alors je prendrais cette attente comme le prix à payer pour voir encore ton regard se poser sur cette toile comme tu l'as fait sur moi il n'y a pas si longtemps. C'est ce qui peut rendre un homme fou amoureux au point de tenter le diable. Et je crois bien que le diable porte ton nom...

    Peu importe qui j'aurais à affronter, je l'assumerais, si c'est pour elle. Je remonte mes mains sous sa chemise, caressant son corps du regard avant de le faire de mes doigts. Je suis un artiste, un passionné, je ne me décide et ne vit qu'à l'instinct, c'est ce qui finira par me perdre, mais je ne conçois pas de vivre sans passion, ce serait pire qu'une prison.

    Entre risquer le pire et prendre celui de te perdre, je tente ma chance. Si j'avais su que tu existais avant c'est toi que j'aurais volé, pas l'âme des artistes de ces tableaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Jones

avatar

Messages : 1375
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mer 5 Nov - 2:26

J'aimerais voir le fond de ton âme ... Je ne sais pas trop. Petite mon père m'a initié à l'art, c'est un grand collectionneur, il m'a fait visiter des tas de musée, des expositions, j'ai appris à aimer l'art, la peinture. J'ai pris cette option au lycée et je comptais l'étudier à la fac. C'est une passion.

J'ai toujours adorer ça, analyser des tableaux, en créer. Je peins depuis des années. J'ai hésité avant d'exposer mes oeuvres, mais elles ont l'air de plaire, alors je continue. Je n'ai plus trop le temps de créer avec la gérance, mais je peux passer des heures sur une toile sans me lasser. David est comme moi, il faut un travail très minutieux pour reproduire une oeuvre, c'est délicat et il le fait à la perfection.


A l'homme qui a su me mettre en confiance et me faire oublier toute ma vie pour quelques heures.


J'ai l'impression d'être la dernière des malheureuses quand je parle comme ça. Je sais que je n'ai pas à me plaindre, j'ai une maison, une famille, un frère qui m'aime, je ne manque de rien. Si j'apprenais à me taire et à faire les choses comme on l'entend, ça se passerait beaucoup mieux.

Moi aussi j'aimerais rester avec toi ... C'est dangereux David, si mon père apprend ce qui se passe, il n'aura aucun scrupule a t'éliminer. Je ne te demande rien, si tu veux qu'on arrête là, on arrête.


Je ne veux pas qu'il me dise ça parce que je suis devant lui ou que je lui fais pitié à cause de mon mariage, si il veut continuer à me voir, il doit connaitre les risques qu'il encourt tant vis à vis de mon père que de mon mari. Ces paroles me touchent, je me blotti dans ses bras, je voudrais que cette nuit ne finisse jamais. Je passe mes bras autour de son cou, l'embrassant tendrement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Jones

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 13/04/2014

MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   Mer 5 Nov - 2:51


    Le fond de mon âme... Elle est vide, depuis bien longtemps. Je n'ai jamais eu grande morale, je n'ai jamais su construire quoi que ce soit, et j'ai toujours vendu mes services au plus offrant. Je ne crois pas qu'il soit très intéressant de voir ce qui se passe au fond de celle-ci. Celle de Victoria en revanche... Je sais pertinemment que c'est une femme qui a beaucoup à offrir mais qui a pour ordre de ne pas le montrer, c'est comme ça que ça marche dans les grandes familles du genre. Je bosse pour les plus friqués, ils ont tendance à respecter un certain schéma. La preuve en est, elle aurait voulu étudier à la fac, au lieu d'obtenir un diplôme elle a eu un mari, et une vie qui la déçoit.

    J'aimerais voir ce que tu peins. On en apprend beaucoup sur l'artiste en observant une de ses toiles qu'en lui parlant pendant des heures. Mais avec toi, je crois qu'il me suffit de te regarder pour le faire...

    Pour apprendre à la connaitre. J'ai déjà l'impression de le faire. Elle est aussi mystérieuse qu'il m'est facile de lire dans son comportement, dans son regard comme je lui disais tout à l'heure, mais ses paroles sont parfois déroutantes. Elle a une vie qui ne lui convient pas, dont elle souffre, elle est simplement dans une prison dorée, et encore dorée... pour les apparences. Je reste persuadé qu'elle aurait beaucoup plus à gagner à retrouver sa liberté, je ne crois pas que l'argent l'importe au point de subir tout ça, elle m'a l'air de quelqu'un de très simple, d'authentique.

    Je suis flatté, et je serais ravis de te la faire oublier pour quelques heures encore... et puis pourquoi pas un jour pour toute une vie...

    A cet instant je plonge mon regard vert dans le sien, noir, qui pourtant s'éclaire à mes paroles. Si ça ne tenait qu'à moi, j'agirais sur un coup de tête, comme à chaque fois. Bien sûr que je compte la revoir, et s'il faut pour ça que je copie toutes les oeuvres des grands impressionnistes du XIX° je le ferais !

    Et après ? Maintenant que tu entrée là, te forcer à en sortir reviendrait à me détruire à petit feu. Tapotant ma tempe. Arrêter ? Ca vient à peine de commencer ! Toi et moi c'est indissociable maintenant, c'est trop tard, c'est ta faute... Si t'étais pas si belle aussi...

    Je prends son visage entre mes mains et l'embrasse des plus tendrement, autant que je sache le faire afin de remplacer mes mots les plus sincères. Les paroles s'envolent, les écrits restent paraît-il. Je lui écrirais une lettre, je lui montrerais que je ne sais pas que faire de belles promesses, je sais les tenir aussi.

    Soit à moi au moins jusqu'à l'aube. Jusqu'au dernier instant où tu ne risques rien avant de rentrer te coucher auprès de... lui. Comme Cendrillon, sauf que ton minuit à toi serait le réveil de ton mari. De toute façon tu as déjà perdu bien plus que ta chaussure ^^ 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l'histoire interdite devient passion   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand l'histoire interdite devient passion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Black Mesa Source quand le rêve devient réalité
» Ragots, Potins et vie privée, quand le rpg K devient closer.
» Quand le prédateur devient la proie et la proie le prédateur (Alexandre)
» quand la passion devient un métier!!!!!
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day in Miami :: Versions Alternatives :: Version Sicile-
Sauter vers: