One Day in Miami

One Day in Miami retrace l'histoire d'une famille Floridienne aux méandres incompréhensibles.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La souffrance se partage à deux.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 1:00

 Je rentre du boulot, je bosse beaucoup depuis la perte de mon bébé, j'ai besoin de ça pour tenir le coup parce qu'avec Tony, ce n'est pas tout rose. On s'éloigne de plus en plus et ça me fait peur, j'ai peur de le perdre alors que je l'aime comme une dingue, mais je ne sais pas passer outre ce que je ressens. On ne parle pas du bébé, il s'en fou, il a reprit sa vie comme si de rien n'était alors que je n'arrête pas de penser à mon fils. Je n'arrive pas à remonter la pente alors je bosse.  Je rentre, dépose mes affaires avant de l'embrasser furtivement, il ne faut pas qu'il m'en demande plus en ce moment, je ne serais pas capable de lui donner ce qu'il veut.
Je vais directement dans le bureau, je bosse quand je rentre, on se croise avec Tony et ce n'est pas plus mal, mais ce que je trouve dessus me fis monter les nerfs. L'écho de mon fils, je les regarde en retenant mes larmes. Tony n'a vraiment aucun respect! Il était seul ici, il a balancé ça comme ça, sans prendre la peine de les ranger. Je sais qu'il en a rien à foutre, mais qu'il pense à moi, ça me fait mal de voir ça, de me dire qu'il devrait être avec nous putain! Je sors du bureau en furie pour lui balancer les photographies qui me tiennent tant à coeur.


T'en a peut-être rien à foutre, mais respecte au moins le fait que moi ça me blesse de voir ça!


Non mais t'en a rien à foutre, ok, mais range le quoi, ne le balance pas en vrac sur le bureau comme si c'était la liste de course quoi . Je suis mauvaise, mais je m'en tape, je ne sais pas comment il peut prendre ça aussi bien  alors que je suis mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 1:12


    J'ai promis à Regi de rester fort après la perte du bébé, qu'on allait se relever. Mais la vérité c'est que ce n'est pas vrai. Je ne tiens plus de savoir que je ne serais pas papa une nouvelle fois, je me rends dingue tout seul en regardant des photos de l'échographie. Mais je ne peux rien dire à ma femme, je dois être un homme fort, pour elle, pour la soutenir. Il en faut bien un des deux qui souffre et l'autre qui tient la barre non ? Dans mon esprit ça se passe comme ça. Je ne sais pas si c'est une bonne idée de le faire comme ça dans mon coin, je ne vais pas tenir longtemps, toujours est-il qu'il est hors de question que je ne l'avoue. J'ai trop mal pour le faire. Je suis trop fier en plus de ça.
    Elle me jette tout ça à la figure comme si c'était normal. Comme si je venais de blasphémer. Je ne m'attendais pas à un tel retour de flamme pour être honnête. Je les pose sur la table, avec un grand respect qu'elle ne verra sans doute pas !

    Non t'as raison j'en ai rien à branler t'as raison, j'en ai tellement qui traine dans la nature de toute façon...

    Passant à côté d'elle pour me servir une canette de Coca. Plus elle me provoque, plus je réponds, ça me blesse tellement aussi... Je suis mal, mais je ne peux rien lui dire... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 1:48

 Je n'arrive pas à comprendre comment il peut être aussi détaché de tout ça, c'était son fils. Je sais que les femmes et les hommes ne vivent pas les grossesses de la même manière, mais quand même, je pensais qu'il tenait plus que ça a être père. Je me pose beaucoup de question sur notre couple, sur notre avenir et sur le fait que peut être je me suis trompée encore une fois. Je ne sais pas si nous allons pouvoir continuer tous les deux, nous ne dialoguons plus, je suis trop mal pour ça, je ne veux pas en parler et apparemment lui non plus, vu qu'il fait comme si tout allait bien. Je ne le comprends pas et ça me rend dingue. Je vrille complètement en voyant l'écho. Je ne suis pas à prendre avec des pincettes ces derniers temps et je ne suis pas aimable, mais sa réponse me blesse, il m'aurait coller une tarte que ça ne m'aurait pas fait plus mal. Bravo Tony!

Ouai ben espérons que tu sois meilleur père pour eux que pour tes premiers ....

Je lui balance ça en le regardant dans les yeux, comme il vient de le faire. Je me retiens pour ne pas fondre en larme parce que je suis trop fière pour lui montrer que j'ai mal. J'allume une cigarette, je suis nerveuse, je tremble de colère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 1:57


    Regi et moi ne savons pas faire les choses comme il faut. On se jette l'un et l'autre en permanence, quoi qu'il en soit il faut avouer que nous ne sommes pas doués pour composer ensemble. Je ne comprends pas comment on peut en arriver à ce point. On a perdu un bébé, on devrait pourtant se soutenir non ? Je ne sais pas, en tout cas il faut bien avouer que dans le genre couple soudé et modèle, on peut trouver mieux, mais ce n'est pas nous, il ne faut pas rêver ! Nous sommes des ados, pire que ça, nous sommes vraiment les derniers à montrer l'exemple et pour Léo ce n'est pas la bonne chose à faire, elle aussi a besoin de soutient et on n'est même pas foutus de s'entendre... Et on prétend pouvoir élever un enfant ?

    T'es vraiment qu'une garce...

    La regardant à mon tour en la bousculant d'un coup d'épaule pour monter à l'étage me changer. J'enfile un costar et et passe ma veste avant d'attraper mes clés.

    Je crois qu'on s'est tout dit.

    Claquant violemment la porte pour aller me réfugier au cercle. Non sans avoir emporté les photos de l'écho, elle ne le remarquera pas. Mais si elle peut les balancer comme ça, moi non. Nous ne sommes pas foutus de communiquer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 2:18

 Je savais que nous n'arriverions pas à nous entendre tous les deux. Ce n'était pas le cas avant le bébé, je ne vois pas pourquoi ce serait le cas maintenant, nous ne sommes pas foutu de nous soutenir alors qu'on devrait être soudé après la perte de notre bébé.  De mon bébé, étant donné qu'apparemment, il n'est rien pour Tony. Je souffre tellement que je ne comprends pas qu'il n'en fasse pas autant et je veux lui faire autant de mal que je peux en avoir. Je suis dure, jamais je n'aurais osé parlé de ses enfants dans un autre contexte, jamais je n'aurais dit ce genre de chose si je n'avais pas été aussi en colère contre lui. Foutue caractère de merde! Je suis une garce, je le sais et je soutiens son regard alors qu'il me bouscule avant de monter. Oui alors je me retrouve contre le plan de travail sans comprendre comment! Je glisse ma main dans mes cheveux tirant sur ma clope avant de le voir descendre en costar .... Putain mais comment il peut encore avoir envie d'aller à son putain de club ?!

C'est ça, casse toi  ....

J'ai la voix qui tremble et une fois la porte claquée, je fond en larme, toute seule comme une conne, ce n'est que ce que je mérite après ce que je lui ai dit. J'admire son self contrôle, un autre m'en aurait sans doute coller une sans hésiter et je l'aurais compris, mais il a toujours ce respect pour moi qui m'étonne.  Je me laisse glisser contre le plan de travail, me retrouvant assise par terre, à pleurer de longues minutes sans m'arrêter.
Je finis par me reprendre au bout de longues minutes, avant de monter dans ma chambre, faisant le lit, changeant les draps, j'ai besoin de m'occuper la tête, les mains , l'esprit pour ne pas craquer. Mais je suis toujours en colère contre mon homme et je commence à vider son armoire. La question est de savoir si je lui fais ses affaires ou si je la range?! Je ne sais pas ou j'en suis, je l'aime, mais nous n'avançons pas, si nous ne sommes pas capable de nous soutenir dans ce genre d'épreuve, ça ne sert à rien de continuer. Je balance ses fringues sur le lit avant de trouver quelque chose que je ne pensais pas voir, au fin fond de son armoire dans les affaires qu'il ne met que rarement. Un petit ensemble pour bébé, pour garçon ...  Je m'assois sur le lit, l'ensemble dans les mains, le regardant ne contrôlant pas les larmes qui coulent le long de mes joues. Je me sens conne, mais tellement conne !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 2:33


    La seule solution envisageable que j'ai, c'est de me réfugier chez moi, au Cercle. Je ne peu pas aller chez ma soeur, alors il est clair que pour le coup, je ne peux pas la mêler à ça, elle ne porte déjà pas Regina dans son coeur mais alors avec tout ça... Elle n'était pas pour le bébé, mais elle ne me souhaitait pas ça non plus pour tout avouer. Je ne sais pas si on se remettra d'une telle épreuve. On est un couple, mais un couple qui part en couilles sévère ! Pour le coup je ne suis pas pour, mais je n'ai pas le choix, je subis et j'attends que ça passe quoi qu'il en soit ! En dehors de ça, je sais pertinemment que je ne suis pas fait pour me tenir, je ne sais pas me taire très longtemps et ça donne ça !
    Je me réfugie dans mon bureau en demandant à n'être dérangé sous aucun prétexte. Ma secrétaire sait tout ça. J'avais pleins de projets pour le cercle et un agrandissement potentiel, sauf que pour le moment la seule chose qui m'importe c'est mon fils, celui que j'aurais dû avoir de Regi, et je me déteste.
    Assis à mon bureau, avec un verre de scotch, les photos de mon fils entre les mains, les catalogues de chambres d'enfants devant moi... Je peux me réfugier ici, ma femme ne vient jamais ici, par simple choix, et puis il faut bien avouer que ça m'arrange pour les affaires ^^
    Je peux laisser trainer tout ce à quoi je tiens. Toujours est-il que ce soir en dehors du fait de lâcher mes larmes sur le bureau, je n'ai plus rien pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 22:58

Je suis fatiguée de la situation, c'est trop difficile à assumer. Mon bébé était déjà là pour moi, j'avais déjà imaginé sa vie, notre vie tous les quatre, je ne sais pas pourquoi Tony réagit comme ça, ce petit ne lui tenait peut-être pas à coeur autant que je le pensais. Je suis un peu perdue, je ne sais pas quoi penser et ça me fait tellement de mal que je lui en fais. Il n'y a pas de raison que je morfle toute seule. C'est égoïste, j'en suis consciente, mais je ne sais pas comment réagir autrement alors je gueule, je suis méchante et je pleure parce que je sens que je suis en train de le perdre.
Je ne m'attendais pas à trouver ce genre de chose dans son armoire, en général, je n'y touche pas, il est assez grand pour ranger, mais j'étais tellement en colère que j'allais lui faire moi-même sa valise avant de trouver l'ensemble pour le bébé. Pourquoi est-ce qu'il a planqué ça là? Je ne comprends pas pourquoi il m'a caché ce genre de chose, on est un couple ! Apparemment ses souvenirs sont aussi présent pour lui que pour moi et je ne m'en suis pas rendu compte. Je sèche mes larmes, prends mon sac, l'ensemble dedans et je file au cercle. On doit parler, c'est obligé, on ne peut pas rester comme ça. C'est rare que je fasse le premier pas, je suis trop fière pour ça, mais j'ai besoin de lui plus que je ne saurais le lui dire. Je débarque au cercle et force le passage! Monsieur Manzonni ne veut pas être dérangé, mais je ne suis pas n'importe qui, je suis sa femme, alors je passe et je les emmerde! Je monte dans le bureau de mon homme, dans sa tour d'ivoire avant de frapper et d'entrée. Il a un verre près de lui et semble malheureux comme les pierres.


On peut parler?


Sans se jeter j'entends, ce n'est pas gagné ces derniers temps. Je viens en paix !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 23:21


    J'ai besoin de m'isoler, je ne peux pas souffrir en même temps que Regi, je dois prendre sur moi, au moins un sur les deux, sinon ça marchera pas. Ca ne peut pas fonctionner si on s'enferme tous les deux dans la déprime, l'un de nous doit reprendre le dessus et même si je craque dans mon coin, je dois relever la tête, quitte à passer pour le gros con de macho, c'est ce qui m'arrive souvent de toute façon, je m'en fais même plus ^^
    Alors je m'isole dans ma tour et demande à ma secrétaire de me laisser dans ma bulle, ici je suis coupé du monde, et je peux ronger mon frein comme il se doit, je ne veux pas exposer ça aux autres, même à Léo. Après tout elle n'a pas à subir ça. Regina pleure pour un rien, est super susceptible, passe son temps au boulot. Mais je ne dis rien, c'est pour elle un besoin, comme une thérapie.
    Loin de moi l'idée que ma femme puisse me rejoindre au cercle pour autre chose que me filer mon sac et me demander de dégager. Seulement elle se fait toute douce, ça je connais pas ^^

    On peut parler...

    Mes larmes sont contenues mais mes yeux sont brillants. Je pousse mon verre sur le coin du bureau, elle n'aime pas que je boive, et les photos de mon fils se trouvent sur le bureau, sous mes yeux. Je ne sais pas si je vais pouvoir faire le deuil de ce petit bout, pour moi aussi il était déjà là, je me voyais déjà l'emmener au foot, aller le chercher à l'école, l'encourager à aller voir les filles, à la sicilienne, j'en aurais fais le plus heureux de ce gosse...
    Je relève enfin les yeux vers elle pour remarquer qu'elle n'est pas en meilleur état.

    Où est mon sac ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mar 12 Nov - 23:40

Ce bébé aurait dû nous souder, mais nous n'avons pas su faire les choses comme il le fallait. On se foire depuis le début tous les deux de toute manière, ce n'est pas un manque d'amour, c'est un manque de compréhension, un caractère trop fort et une trop grande gueule. Je sais que je suis aussi fautive que lui dans cette histoire, je n'arrive pas à parler, je ne fais que pleurer, craquer, je m'isole, je m'enferme dans mon boulot et je fuis la maison parce que ça me rappel trop mon fils. Je ne supporte rien alors je préfère partir plutôt que m'en prendre à Léo ou mon homme.
J'arrive au club, je n'aime pas venir ici, ça m'énerve de voir ses putes ... ses hôtesses pardon^^ Non mais vous avez vu les engins?! Je les évite sinon je gueule, ça m'énerve de les voir lui lécher les pieds parce que c'est le patron! Bande de petite allumeuse! Je rentre dans son bureau pour discuter. Alors je sais que je gueule beaucoup, que je peux être très dure, mais je sais aussi être douce. Je ne sais pas si il va me pardonner ce que je lui ai dis, j'ai été loin tout à l'heure, mais je veux vraiment arranger les choses entre nous. Je m'approche de son bureau sans pour autant m'asseoir. Je remarque tout de suite l'écho ... moi qui pensais que les photos étaient toujours dans le salon! Je vois qu'il a pleurer, tout comme moi, on est beau tous les deux!


J'étais en train de le faire quand j'ai trouvé ça.

Je sors l'ensemble du bébé pour le mettre sur son bureau en le regardant dans les yeux.

Pourquoi tu ne m'as rien dit?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mer 13 Nov - 0:09


    Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me rapporte le petit ensemble que j'avais trouvé pour mon fils. Un ensemble de la Juventus de Milan. En même temps je sais que je ne suis pas le père idéal, mais pour le coup je voudrais en faire un comme moi de mon fils ^^ Je sais que je serais présent, à savoir si je serais un bon père, mais en tout cas un super copain, à défaut... Je fais confiance à ma femme pour savoir ce dont aura besoin ce petit bout, mais sans doute plus d'elle que de moi, pour le moment je ne saurais même pas trouver ma place.

    Tu as vidé l'armoire ^^

    Je constate parce qu'il était quand même bien caché ! Je ne comprends pas comment elle peut faire aussi facilement la part des choses, elle se remet en question par rapport à ce petit, elle était déjà maman, bien avant son arrivée, même si Léo n'y est pas innocente, elle a un vrai lien avec sa fille, comme j'aurais aimé en avoir un avec mes enfants si j'avais été moins con.

    Parce que... Parce que je ne voulais pas que tu penses être avec un faible.

    Italien à la con, je l'attends celle-là maintenant ! Je n'attends que le moment où elle viendra se perdre dans mes bras, mais pour l'instant j'ai trop peur de prendre une jette !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mer 13 Nov - 1:14

Complètement .... tu vas avoir du rangement à faire en rentrant.

Histoire de lui faire comprendre que si il veut toujours de son emmerdeuse de femme, il est toujours le bienvenu à la maison, plus que jamais. J'agis parfois un peu trop impulsivement, je le sais, mais quand je suis en colère, j'ai parfois du mal à me contrôler, pourtant dans mon boulot, je suis la reine du self contrôle! Je n'ose pas aller vers lui, j'ai peur de me faire jeter, après tout ce serait tout ce que je mérite après ce que je lui ai mis dans la gueule. Je n'arrive pas à comprendre comment il peut être aussi patient avec moi, c'est quelque chose que je ne connais pas ça. Ethan rien ne l'énervait, je ne le compte pas, mais Rick était très impulsif, il ne m'aurait jamais laissé passer ce genre de chose, c'est là que je comprends combien Tony tient à moi et combien je l'aime.


Je n'ai jamais pensé ça Tony! Vire ta putain de fierté pour une fois et parle moi! Je suis ta femme pas ton juge.


Non mais que ce soit clair, il ne descendra pas dans mon estime parce qu'il m'avoue qu'il ne se remet pas de la perte de notre bébé. Je m'aperçois que je me suis tellement focalisé sur ce que je ressentais, que je ne me suis pas préoccupé de  lui. Je m'approche, pour passer ma main sur son visage, je tente de me faire douce mais si il me dégage je vais reculer de trois pas et me braquer alors j'y vais doucement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mer 13 Nov - 1:22


    J'esquisse un sourire, elle a toujours eu le don de faire les choses en grand. Vider mon armoire ça ne me surprends même pas si elle veut tout savoir. C'est une italienne, une cubaine, comment croyez-vous que ça se passe à la maison ? Dans les cris, les élans de fierté, et la passion. Ah nous nous aimons, un peu trop pour rester tranquilles d'ailleurs, mais c'est notre façon de vivre de toute façon. Et nous emmerdons cordialement le reste ! Je ne suis pas du genre à faire les choses à moitié, encore moins dans mon couple, et je me suis planté comme un grand, encore une fois... Un jour elle me détestera tellement que j'aurais tout perdu.

    Justement, t'es ma femme, je dois te protéger.

    La prenant sur mes genoux en enfouissant mon visage dans son cou. J'ai besoin de la sentir contre moi, de sentir qu'elle ne m'échappera plus. De la sentir entre mes bras. Je dépose mes lèvres derrière son oreille et la serre doucement en caressant son dos.

    Je suis malheureux Regi...

    Voilà, je lui dis, je ne suis pas bien, j'ai mal, il me manque avant même d'avoir pu être là. Je ne sais pas comment faire. Elle comme moi devons apprendre à vivre sans lui, mais c'est loin d'être facile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Mills

Lana Mills

Messages : 992
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mer 13 Nov - 1:49

Nous sommes passionnés, c'est une évidence, un peu trop sans doute, mais on ne peut pas faire grand chose contre nos caractères, je ne suis pas vraiment encline à prendre sur moi, lui non plus, alors on gueule et on se réconcilie, on ne fait que ça, mais j'ai peur qu'un jour ça n'aille trop loin, que nos paroles soient trop dures et qu'on n'arrive pas à se relever. 

Ca ne marche pas comme ça. On est un couple, on se protège mutuellement, sinon ça ne sert rien d'être ensemble.


Je suis cash, mais c'est la réalité. Je ne vois pas l'intérêt d'être à deux si c'est pour galérer chacun de notre côté. On devrait se soutenir au lieu de pleurer chacun chez soi^^ Il m'attire sur ses  genoux, je me laisse faire sans résister, je n'attends que ça en fait, je le serre dans mes bras, caressant sa nuque, entourant sa tête de mes bras. Putain je l'aime cet homme c'est un truc de dingue.


Je suis là .... T'es pas tout seul.

Je le serre, caressant ses cheveux, je suis là pour lui, je veux qu'il me parle. Moi qui pensais qu'il se foutait d'avoir perdu le bébé, j'en reviens, je m'en veux d'avoir été aussi dure avec lui, je m'en veux d'avoir été aussi conne en fait, il ne le mérite pas. Je l'embrasse tendrement, sans le lâcher, on a besoin de se retrouver tous les deux.

Pardonne moi ....

Pour tout ce que j'ai pu dire, pour ne pas avoir compris, je ne m'excuse jamais, qu'il en profite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Manzonni

Anthony Manzonni

Messages : 741
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   Mer 13 Nov - 2:00


    Je peux pas te quitter.

    Je ne suis pas capable de lui rendre sa liberté, parce que la mienne ne me sert à rien sans elle. Je ne veux pas être un homme libre, je veux être le sien, et je voulais fonder une famille, vraiment, pas comme quand j'étais ce jeune con qui a fait trois gosses à une femme que j'aimais mais avec laquelle je n'étais pas prête à me donner dans une vie tranquille. Je ne suis pas l'homme de la situation, je le sais mais pour le coup je n'étais pas prêt à ce que Regi perde le petit. On avait fait trop de projet, instauré trop d'espoir dans cette future naissance pour pouvoir s'en remettre si facilement.
    Je ne veux pas d'excuses, je ne veux pas qu'elle croit avoir tous les tords, j'aurais dû lui parler, je m'en rends compte maintenant mais tant pis, je ne suis pas prêt à recommencer mes conneries, je crois qu'avoir failli la perdre sur ce coup là vient de m e remettre les idées en place. Parler, dialoguer, parce qu'elle en a besoin autant que moi. Je ne sais pas si nous formeront un couple de parents un jour, mais je l'aimerais sincèrement, pour autant, je crois que ça devient compromis.
    Nous finîmes par rentrer, ma femme ne supporte pas ma secrétaire, et encore moins mes hôtesses. En même temps je ne vais pas mettre des thons pour lui faire plaisir, y a du business à faire ^^

    FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La souffrance se partage à deux.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La souffrance se partage à deux.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RPartage (site de partage et d'archivage de RP)
» [RP] Au fond du parc, deux nobles, un duel….
» downfree - Partage de documents
» Deux chatons à donner
» blague a deux balles !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day in Miami :: Habitations :: Villa de Régina-
Sauter vers: